Émile Loranger considère qu'il est le seul à pouvoir remporter le bras de fer contre la Ville de Québec pour la quote-part.

Les Lorettains mal servis par Loranger, selon Labeaume

Le maire de L'Ancienne-Lorette sert mal ses citoyens en ne se présentant pas aux séances du conseil d'agglomération, croit Régis Labeaume. Et c'est pour cela que les Lorettains n'ont pas été informés de l'élargissement des zones inondables le long de la rivière Lorette.
«Si le maire de L'Ancienne-Lorette faisait son travail et se présentait à l'agglomération, ça n'arriverait pas. Il est totalement responsable de toute cette situation-là», a clamé jeudi M. Labeaume.
Le Journal de Québec faisait état jeudi d'une mésentente entre le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, et le conseil d'agglomération de Québec. L'Ancienne-Lorette s'oppose à l'adoption d'une nouvelle carte des zones inondables parce qu'elle n'en a pas reçu de copie et qu'elle n'a donc pas eu le temps de l'analyser. La nouvelle carte élargit la zone inondable de la rivière Lorette, ce qui fait que plusieurs maisons qui ne s'y trouvaient pas y sont maintenant incluses. L'Ancienne-Lorette a demandé une injonction pour retarder l'adoption de la carte.
Selon Régis Labeaume, M. Loranger aurait obtenu toute l'information dont il a besoin s'il avait assisté aux séances du conseil. «Son petit jeu de victime, on n'embarque pas là-dedans. Parce que quand il ne vient pas à l'agglomération, il représente mal ses citoyens. Il a beau faire un spectacle et s'autoflageller publiquement, c'est lui le problème.»