Le refuge Les fidèles moustachus s’est tourné vers l’aide du public afin de survivre.
Le refuge Les fidèles moustachus s’est tourné vers l’aide du public afin de survivre.

Les fidèles moustachus étonnés du soutien financier de la population

Avec 30 000 $ récoltés en sociofinancement après un mois de campagne, le refuge animalier Les fidèles moustachus est encore loin de son objectif de 150 000 $, mais la direction demeure confiante d’atteindre son but.

Les fidèles moustachus ont vécu un coup dur en novembre dernier, lorsqu’un important contrat de cinq ans en gestion animalière a été octroyé à la Société protectrice des animaux (SPA).

Devant un grand trou financier, le refuge s’est tourné vers l’aide du public afin de survivre. Et jusqu’à présent, le propriétaire Samuel Côté est étonné du soutien populaire.

«Je ne m’attendais pas à ça, honnêtement. Notre futur est un peu dans les mains de la population. Nous avons d’autres projets qui s’en viennent, et jusqu’à présent beaucoup de personnes se sont manifestées pour nous aider», a déclaré M. Côté

Selon lui, il faut éviter de centraliser les services chez la SPA uniquement, car cela ne réglera pas les problèmes majeurs des refuges pour animaux.

«Il y a beaucoup trop d’animaux qui sont abandonnés par rapport au nombre de personnes qui adoptent», explique-t-il, tout en précisant qu’il y a un manque de refuges d’envergure dans la région de Québec et que cela n’aide en rien la diminution du nombre d’euthanasies pratiquées annuellement.

Le financement, le nœud du problème

Autant la mission des refuges est essentielle, autant celle-ci n’est pas forcément lucrative.

Avec les frais d’entretien pour les animaux qui sont largement supérieurs aux frais d’adoption, il devient difficile pour ce genre d’entreprise de faire des bénéfices, comme l’a expliqué Samuel Côté.

En dehors de la campagne de sociofinancement, M. Côté cherche à trouver d’autres moyens de diminuer les dettes de son entreprise.

L’une d’elles sera de centraliser ses opérations à la succursale de la rue Philippe-Paradis, et donc de vendre les locaux sur le boulevard l’Ormière.

Le refuge Les fidèles moustachus a permis l’adoption de plus de 10 000 animaux depuis sa fondation en 2005.