Dimanche, Le Soleil a notamment remarqué des drapeaux du syndicat installés sur la statue du jardin Jeanne-d’Arc, sur les plaines d’Abraham.

Les employés des plaines d’Abraham en grève jusqu’au 15 juillet

Les employés des plaines d’Abraham resteront en grève au moins jusqu’au 15 juillet. Leur employeur, la Commission des champs de bataille nationaux (CCBN), a annulé la rencontre prévue lundi.

La cinquantaine de travailleurs des Plaines sont en grève depuis le 25 juin, grève déclenchée juste à temps pour la saison touristique. 

Ils revendiquent principalement la grille salariale, ils souhaitent qu’elle soit incluse dans la convention collective. Les grévistes espèrent aussi améliorer le statut précaire de certains employés. Plusieurs seraient en poste depuis plus d’une dizaine d’années sans avoir le statut d’employé permanent, ce qui ne leur donne pas accès aux assurances et à un fonds de pension.

Lundi, une rencontre avec l’employeur pour établir une entente a été annulée.

«C’est une mauvaise nouvelle, mais on tient bon. Pour mettre fin au conflit, nous on a quand même offert à l’employeur de mettre la grille salariale dans la convention collective sans l’appuyer jusqu’à l’obtention des garanties. Mais l’employeur ne veut pas s’avancer sans la garantie formelle du gouvernement [fédéral], pour l’obtention des ressources financières de plus pour le budget», a commenté Nathalie Rainville, porte-parole de l’Alliance de la Fonction publique du Canada, région de Québec (AFPC-Québec).

La rencontre est reportée au 15 juillet prochain, après la tenue de toutes les activités prévues par le Festival d’été de Québec.

«On espère que le gouvernement acceptera pour un petit montant comme ça, qui équivaut environ à 265 000 $», ajoute Mme Rainville. 

«Phase 2» des perturbations

Mme Rainville se doutait bien d’une annulation, ce n’est pas la première fois que ça arrive.

«Nous, on continue à mettre de la pression. Ils n’aiment pas trop ça présentement, ça ne fait pas une belle image, mais il faut qu’ils pèsent un peu plus sur le crayon pour que ça se règle. Pour l’instant, notre stratégie de mobilisation suit son cours. On visait les grands événements pour être les plus entendus», continue la porte-parole. 

Les employés des Plaines devraient continuer leurs actions de perturbations cette semaine. Même qu’ils comptent sur l’aide d’un allié, l’Union des artistes (UDA).

«Il y a quand même des artistes de l’UDA qui vont venir sur les Plaines cette semaine. Est-ce qu’on aura plus de visibilité? Est-ce qu’il y aura quelque chose qui sera fait? Sûrement», précise-t-elle sans dévoiler la nature des événements à venir.

Dimanche, Le Soleil a notamment remarqué des drapeaux du syndicat installés sur la statue du jardin Jeanne-d’Arc, sur les Plaines.

Pas de problème pour le Festival d’été

Les communications du Festival d’été réitèrent que la tenue de la grève ne bousculera pas leurs activités. Les répercussions sont restreintes puisque le festival n’est pas organisé par la CCBN.

Rappelons que pour la Fête du Canada, une seule activité avait dû être retirée de la programmation en raison de la grève. De bonnes discussions entre l’organisateur de l’événement et les grévistes ont fait que le déroulement des activités n’a pas trop été perturbé. 


« Nous, on continue à mettre de la pression. Ils n’aiment pas trop ça présentement, ça ne fait pas une belle image, mais il faut qu’ils pèsent un peu plus sur le crayon pour que ça se règle »
Nathalie Rainville, porte-parole de l’Alliance de la Fonction publique du Canada, région de Québec

Une quarantaine d’employés avaient profité de la présence du ministre Jean-Yves Duclos sur la terrasse Dufferin le 1er juillet pour se faire entendre. Ils ont pris part aux célébrations, accompagnées de leurs trompettes et de leurs pancartes. Ils avaient respecté les ententes prises avec les organisateurs.

Les employés des Plaines d’Abraham sont responsables de l’accueil, de l’animation et de l’entretien général des plaines d’Abraham, ainsi que de son musée.

Une grève de trois jours et demi avait déjà eu lieu au mois de mai. La convention collective des employés de la CCNB est échue depuis un an et demi.

Dimanche, il a été impossible de rejoindre le directeur de la CCBN.