Vue du Vieux-Québec

Les citoyens du Vieux-Québec, «réactionnaires des temps modernes», dit Labeaume

Les citoyens du Vieux-Québec déjà opposés à l'idée de permettre aux événements de se prolonger jusqu'à minuit sont des «réactionnaires des temps modernes», selon Régis Labeaume.
«Québec n'est pas un cloître. Je n'ai pas compris la crise. C'est des réactionnaires des temps modernes, j'en reviens pas», a lancé le maire de Québec en mêlée de presse lundi. 
Vendredi, tant le président du Comité des citoyens du Vieux-Québec, Jean Rousseau, que le président du Conseil de quartier du Vieux-Québec, Alain Samson, ont fermement rejeté la perspective de laisser certains événements se terminer une heure plus tard et permettre de vendre de l'alcool sur les sites jusqu'à minuit plutôt que 23h. Ils craignent de devoir revire des débordements vécus par le passé. 
«J'ai trouvé qu'ils vieillissaient vite!» a lancé M. Labeaume à propos des auteurs de ces craintes. Le maire a de nouveau assuré lundi qu'il n'a pas l'intention de permettre la consommation d'alcool dans la rue. 
Il dit seulement souhaiter donner plus de «souplesse» aux événements spéciaux pour rendre la capitale «plus festive». «Mais bon, c'est de même», a ajouté M. Labeaume à propos des représentants des citoyens du Vieux-Québec. «Je pense qu'ils ne nous aiment pas. Quoi qu'on dise, ils ne nous aiment pas.»