Le ministère des Transports du Québec inspectera les câbles porteurs et remplacera des suspentes du pont Pierre-Laporte cette année.

Les câbles du pont Pierre-Laporte sous haute surveillance

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) procédera cet été au remplacement de sept suspentes du pont Pierre-Laporte et à une inspection en profondeur des câbles porteurs de l’ouvrage qui approche la cinquantaine.

Les suspentes sont les tiges verticales qui relient le tablier d’un pont suspendu aux deux immenses câbles porteurs. Sur le pont Pierre-Laporte, on en dénombre 160 sur une distance d’un kilomètre. Chaque suspente, d’un diamètre de six centimètres, est composée d’un entrelacement de fils d’acier, le tout galvanisé pour une meilleure protection contre les éléments.

Cet été, cinq suspentes seront remplacées sur la travée centrale et deux sur la travée sud. En 2015, deux autres, situées près du pilier nord, avaient été changées. Il s’agissait d’une première pour le pont fini de construire en 1970. 

La procédure testée s’est avérée concluante et sera réutilisée. Deux suspentes temporaires sont d’abord installées de part et d’autre de la permanente. Cette dernière peut ensuite être décrochée et une neuve installée sans que le pont en suspension ne bronche. 

«Le remplacement de ces suspentes fait partie du programme d’entretien et de suivi du ministère. D’ailleurs, une fois démantelées, des essais électromagnétiques et de traction seront réalisés sur ces suspentes afin de documenter leur état réel et mettre à jour le plan d’entretien», a indiqué au Soleil Alexandre Bougie, porte-parole. 

Des tests semblables effectués en 2015 n’ont pas révélé de signes de faiblesse ou d’usure prématurée, selon le MTQ. 

La nouveauté cette année est que les deux câbles porteurs seront inspectés en profondeur. Composés de 12 580 fils d’acier divisés en 37 torons (cordes), ces câbles ont un diamètre de 62 centimètres. Leur état sera évalué à des endroits précis. 

«Les portions retenues sont, en principe, les endroits où les détériorations devraient apparaître en premier. L’inspection s’effectuera sur deux sections basses du câble, puisque celles-ci sont plus exposées aux éclaboussures de la chaussée et elles sont plus facilement accessibles», explique M. Bougie. 

Selon les documents d’appel d’offres, le sous-traitant devra construire un abri de protection étanche afin que des tests puissent y être menés comme dans un laboratoire. Dans cet endroit confiné, le fil de guipage enroulé autour du câble pour le protéger sera retiré. Les fils à découvert seront ensuite nettoyés et expertisés. Des écarteurs permettront de séparer les torons pour atteindre le cœur du câble. Finalement, les fils seront imperméabilisés et recouverts d’un nouveau fil de guipage puis d’une gaine en élastomère pour un maximum de protection.  

«À la suite de cette inspection, le ministère mettra à jour les méthodes et procédures d’accès, d’inspection et de travail pour de futures interventions sur le câble porteur, tout en permettant de déterminer si d’autres types d’interventions sont requis», indique le porte-parole du MTQ.

Les ingénieurs ont prévu trois semaines pour inspecter chacune des sections des câbles porteurs. Ces travaux doivent débuter en août. Une quarantaine de jours supplémentaires seront nécessaires pour remplacer les suspentes, si bien que le chantier devrait s’étirer jusqu’en octobre. 

La circulation, toujours difficile sur les ponts à la rentrée, ne devrait pas trop en souffrir. «Lors des travaux d’inspection, les trois voies de circulation demeureront disponibles, mais une déviation et une diminution de vitesse à 80 kilomètres/heure sur environ 160 mètres seront nécessaires. Il n’y aura pas d’entraves simultanées dans les deux directions. Pour le remplacement des suspentes, les travaux se feront de nuit puisqu’il y aura fermeture de deux voies de circulation. Aucune entrave ne sera permise de jour», détaille Alexandre Bougie.

Le contrat n’a pas encore été attribué officiellement. La plus basse des trois soumissions reçues totalise 1,96 million $ et a été déposée par Stellaire Construction. 

Des travaux de réparation et de peinture sont également programmés sur le pont Laporte encore cet été. L’entreprise Construction Injection EDM a remporté la mise pour 14,6 millions $.