Le maire Gilles Lehouillier

Lehouillier laisse l'argent du SRB à Québec

Le maire de Lévis ne s'offusque pas que la Ville de Québec conserve les sommes résiduelles du bureau d'études du service rapide par bus (SRB). Gilles Lehouillier se range aux arguments du ministère des Transports à l'effet que le projet est en sursis sur la rive nord et, surtout, que Lévis aura accès à du financement quand elle déposera ses propres demandes.
En mêlée de presse après une annonce sur les grands parcs urbains, M. Lehouillier a dit comprendre l'orientation prise par le ministre Laurent Lessard puisque «le projet de SRB est toujours comme une hypothèse» à Québec.
À Lévis, l'administration municipale a plutôt manifesté l'intention de revenir vers un modèle plus traditionnel de voies réservées, sans nécessité de construire une plateforme et de déplacer les infrastructures souterraines. 
Il n'est pas prévu que le gouvernement du Québec paie pour le développement de ce genre de projet. Par contre, M. Lessard s'est dit «très ouvert», publiquement et en privé, à financer les améliorations planifiées par Lévis. «Le ministre des Transports m'a offert son entière collaboration en disant : ''dès que vous allez déposer un projet, on va le regarder très sérieusement et on va tenir compte de la spécificité de Lévis''», a raconté M. Lehouillier. Ce dernier croit même qu'une partie du coût des nouvelles études pourrait être absorbé a posteriori. 
Lundi, jour de conseil municipal, le maire de Lévis prévenait que si l'argent du bureau d'études «peut servir à autre chose à Québec que pour le SRB, je vais commencer à lever la main» pour en avoir une partie. 
Poussière retombée
Mardi, le ministre Lessard a tranché : Québec pourra utiliser l'argent qui reste dans les coffres du bureau d'études du SRB pour planifier son futur réseau de transport en commun et même procéder à sa grande consultation publique sur le transport en général. 
«Ce sont de bonnes nouvelles finalement. Je pense que la poussière retombe et on va être capables de travailler sur des projets intéressants», a conclu Gilles Lehouillier. Son commentaire inclut sa relation avec le maire Labeaume, tous deux étant «condamnés à travailler sur de grands ensembles». Ils ne se sont pas parlé depuis l'abandon du projet de SRB, mais prévoient se rencontrer à la Communauté métropolitaine de Québec prochainement. 
2,5 millions $ dans les grands parcs
Lévis investira 2,5 millions $ dans ses grands parcs cette année. L'aménagement de la piste cyclable du parc de la Rivière-Etchemin sera complété. Un belvédère et une halte seront ajoutés pour un total de 
889 000 $. Un pavillon d'accueil et une passerelle seront construits au parc de la Pointe-de-la-Martinière pour 822 000 $. Une première aire d'entraînement physique en plein air fera son apparition au parc des Chutes-de-la-Chaudière. Il y en a pour 200 000 $, incluant l'entretien de la passerelle et des installations déjà existantes. Enfin, un nouveau sentier récréatif sera aménagé du village de Saint-Nicolas jusqu'à l'anse Ross, où le stationnement sera refait. Un premier investissement de 630 000 $ est prévu en 2017.