Gilles Lehouillier a commenté sa relation avec le maire Régis Labeaume lors d’une remise d’une aide financière à l’Espace culturel de Saint-Nicolas.

Lehouillier félicite Labeaume pour son appui à la Davie

Le maire de Lévis ne tarit pas d’éloges envers son homologue de la rive nord depuis que Régis Labeaume a demandé publiquement à Ottawa d’accorder à la Davie sa juste part des contrats fédéraux. Une bonne entente entre les deux maires qui tranche avec le climat qui régnait en campagne électorale.

«Je salue cet appui du maire de Québec. M. Labeaume a démontré un excellent leadership régional. On a un excellent président de la Communauté métropolitaine de Québec, s’est réjoui Gilles Lehouillier, mercredi en marge d’une conférence de presse. C’est conforme, un peu, aux discussions qu’on avait eues ensemble. Bravo, c’est merveilleux. C’est la preuve qu’il y a une bonne volonté pour continuer à travailler les dossiers régionaux», a-t-il ajouté.

Il y a un mois, presque jour pour jour, le maire de Lévis faisait pourtant une sortie en règle contre M. Labeaume après que ce dernier l’eut accusé une énième fois d’avoir fait avorter le projet de transport en commun entre les deux rives.

«M. Labeaume doit se comporter comme un président de la Communauté métropolitaine de Québec. Il doit aussi avoir cette réserve de respect envers les autres», avait-il alors répliqué. Il parlait d’une «technique labeaudienne visant à dénigrer l’autre à côté quand t’es mal pris dans un dossier».

«On s’est entendu»

Mais ça, c’était avant. Avant que les deux hommes discutent au téléphone au lendemain de leur réélection. «On s’est parlé et on s’est entendu», a réitéré M. Lehouillier. Ils ont convenu de travailler ensemble les dossiers régionaux, malgré ce que le maire de Lévis appelle «les petites frictions».

«Je prends bonne note du message pour travailler ensemble. Nous aussi on va appuyer des projets qui vont être essentiels pour la grande région de Québec», a affirmé M. Lehouillier. 

Celui-ci s’est dit en accord avec l’énoncé de M. Labeaume concernant la résistance des hauts fonctionnaires à Ottawa dans l’octroi de contrats au chantier naval de Lévis. «Il va falloir qu’on casse tôt ou tard ce mauvais pli», a soutenu l’élu de la rive sud.

La Ville de Lévis prévoit une sortie publique la semaine prochaine pour exercer des pressions sur le gouvernement Trudeau afin que la Davie retire sa juste part des contrats fédéraux en matière de construction de navires.