Gilles Lehouiller
Gilles Lehouiller

Lehouillier appuie toujours le tramway, mais salue l’attitude du gouvernement

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
Gilles Lehouillier, le maire de Lévis, a réagi à la décision du ministère des Transports de ne pas donner son aval au projet du tramway de Québec tel que présenté quelques heures seulement après que le BAPE eût déposé son rapport. Réitérant son appui au projet, il a cependant ajouté que l’attitude du gouvernement pour Lévis était tout à fait correcte.

«À ce que je sache, le gouvernement n’a pas l’intention de remettre en question le tramway», a indiqué le premier magistrat de la ville de Lévis. «On a discuté avec le ministère des Transports mercredi il maintient la réalisation du tramway.

«En fait ce qu’il veut c’est s’assurer que les banlieues seront bien desservies grâce au projet. Je félicite le gouvernement d’être préoccupé par les interconnexions nécessaires comme l’arrimage entre le Tramway et le tunnel Québec-Lévis. Pour nous c’est fondamental si on veut vraiment améliorer la fluidité de la circulation, de nos axes routiers, transport en commun, etc.»

M. Lehouillier a indiqué qu’en réalisant les deux projets et en les arrimant, la région de Québec pourrait profiter du meilleur des deux mondes en termes de mobilité et faire le rattrapage qu’elle aurait dû faire il y a plusieurs années.

Le maire de Lévis a ensuite mentionné que sa ville devait aussi répondre aux exigences de mieux desservir les banlieues dans son projet de transport en commun estimé à 90 millions $. «Le gouvernement veut s’assurer, par exemple, que nous irons chercher les gens de Breakeyville et ceux de Saint-Étienne et comment nos stationnements incitatifs à l’ouest encourageront les gens de Lotbinière à utiliser notre système de transport en commun. Il veut que les investissements qu’il fait apportent une plus-value pour les citoyens qui est répartie sur le territoire.

«On a un bon plan de match et le ministère essaie d’arrimer tout ça ensemble. C’est son travail d’avoir une vision globale des choses, une vision régionale.»

M. Lehouillier a rappelé que depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement Legault avait toujours eu des préoccupations régionales dans le développement d’un réseau de transport structurant. Ainsi, c’est lui qui avait dénoué l’impasse concernant la création d’un pôle d’interconnexion dans l’ouest de Québec pour les autobus venant de la Rive-Sud. 

Même si la révision du projet du tramway entraînera des retards dans sa mise en service elle n’aura pas d’effets négatifs sur le développement du réseau de transport en commun à Lévis. Le maire a indiqué que les consultations sur la «colonne vertébrale» du réseau lévisien (boulevard Guillaume-Couture et la route 116) avaient eu lieu, que le projet était bien arrimé avec le ministère des Transports, et que les travaux pourraient commencer au moment prévu.