La plaque commémorative souligne le 100e anniversaire de la signature du traité de Versailles, le 28 juin 1919, entre l’Allemagne et les Alliés à l’issue de la Première Guerre mondiale. Elle honore les noms de trois pères capucins français et sept soldats limoulois morts à la guerre.

L’église Saint-Charles-de-Limoilou, entre valorisation et collaboration

À l’église Saint-Charles-de-Limoilou, samedi, était inaugurée une plaque commémorative en l’honneur des soldats limoulois tombés au combat lors de la Première Guerre mondiale. Une activité qui cadre bien dans les objectifs du projet Espaces d’initiatives visant à valoriser le bâtiment de la 8e Avenue, fermé au culte depuis 2012.

«L’église a été payée avec les petits sous des résidents de Limoilou», fait valoir l’auteur et historien Gilles Gallichan. Il signait en 2018, le livre L’Église Saint-Charles de Limoilou : témoin d'histoire et chantier d’avenir. «Elle demeure importante pour le quartier.»

Lors de l'adoption de sa Vision du patrimoine en mai 2017, la Ville de Québec annonçait son engagement d'investir 15 millions $ sur 10 ans pour la préservation et la mise en valeur du patrimoine religieux de Québec.

La Mesure d'aide financière pour les églises de valeur patrimoniale exceptionnelle, instaurée en 2018, vise à soutenir huit églises en vue d'assurer leur pérennité: la Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec; la Cathédrale Holy Trinity; l’église de Saint-Jean-Baptiste; l’église de Saint-Charles-Borromée; l’église de La Nativité de Notre-Dame; l’église de Saint-Roch; l'église de Saint-Sauveur; et l'église de Saint-Charles-de-Limoilou.

En date du 1er mars 2019, huit demandes d'aide financière à hauteur de plus de 6,5 millions $ ont été adressées à la Ville. Quatre projets ont été recommandés. Parmi ces propositions: Espaces d’initiatives à l’église Saint-Charles-de-Limoilou.

La plaque présentée par Daniel Papillon et Gilles Gallichan

Une église multifonctions

Depuis 2015, l’équipe d’Espaces d’initiatives travaille activement à la requalification de l'église pour y implanter le Laboratoire d'innovations sociales. Espaces de travail partagé, espace public intérieur, café et stationnement de vélos sécurisé font partie des commodités qui seront offertes à la «nouvelle église».

Les sols sont stables et les fondations sont saines. Le rapport d'expertise réalisé en 2018 a permis à l'organisme d'aller de l'avant avec son projet de reconversion de l’église, donc.

Le coût estimé des travaux: 2 790 186 $. Ils viseront à restaurer la toiture et la ferblanterie des clochers. La subvention recommandée à la Mesure d’aide financière pour les églises de valeur patrimoniale exceptionnelle s’élève à 2 108 414 $, la plus importante des huit demandes. Le reste devrait être assuré par la Fabrique de la paroisse de Saint-François-de-Laval, propriétaire du bâtiment, et l’organisme lui-même.

Bien que l’organisation n’ait toujours pas obtenu de confirmation de financement, la recommandation d’un projet par la Ville est généralement bon signe, estime Édouard-Julien Blanchet, cofondateur et coordonnateur d’Espaces d’initiatives. «Nous allons probablement recevoir de l’argent.»

Espaces d’initiatives est en phase de recrutement. «Depuis 2018, nous sommes à la recherche de membres locataires, de partenaires structurants, de bailleurs de fonds et d’investisseurs qui s’impliqueront dans la réalisation des différents volets du Laboratoire d’innovations sociales. Plusieurs acteurs ont démontré de l’intérêt», précise M. Blanchet.

Gilles Gallichan souhaiterait que le projet d’Espaces d’initiatives dans l’église Saint-Charles-de-Limoilou fasse une place à la Bibliothèque Saint-Charles sur la 4e Avenue, en manque d’espace, ainsi que la Société historique de Limoilou (SHL), un partenaire important de l’organisme.

La Basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, l'église de Saint-Charles-Borromée et l'église de Saint-Jean-Baptiste sont les trois autres propositions dans la mire de la Ville. Elles demandent respectivement une aide financière de 173 705 $, 67 057 $ et 650 434 $.

La plaque commémorative

Une plaque commémorative toute limouloise

Plus d’une centaine de personnes étaient réunies à l’église Saint-Charles-de-Limoilou pour le dévoilement du mémorial, sous l’air des cuivres de l’ensemble musical du Royal 22e Régiment.

La plaque commémorative souligne le 100e anniversaire de la signature du traité de Versailles, le 28 juin 1919, entre l’Allemagne et les Alliés à l’issue de la Première Guerre mondiale. Elle honore les noms de trois pères capucins français et sept soldats limoulois morts à la guerre.

Elle est la réplique de celle dévoilée à Limoilou en juin 1926. Elle aurait «mystérieusement disparu» autour de 1945, selon Gilles Gallichan, dans la foulée d’importants travaux de réfection de l’église.

Le lieutenant-gouverneur du Québec, Michel Doyon, le député de Beauport-Limoilou à la Chambre des communes du Canada, Alupa Clarke, et le député de Jean-Lesage, Sol Zanetti, se sont déplacés pour l’événement.