Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Grande Tablée prend place sur les rues Saint-Paul, Sault-au-Matelot ainsi qu’à la Place FAO.
La Grande Tablée prend place sur les rues Saint-Paul, Sault-au-Matelot ainsi qu’à la Place FAO.

Le Vieux-Port transforme ses rues en terrasses pour une deuxième année

Marie-Soleil Brault
Marie-Soleil Brault
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les restaurateurs peuvent désormais s’approprier les rues piétonnes du Vieux-Port à l’occasion de La Grande Tablée pour remplir leur livre de réservation et, enfin, goûter à un semblant de normalité. La tranquillité des derniers mois laisse place à une clientèle bien heureuse de profiter des commerces du quartier avec les premières chaleurs de l’été.

Au centre de la Place FAO, Richard Samson, directeur général de l’Association des gens d’affaires du Vieux-Port de Québec, reconnaît que le premier dîner de La Grande Tablée a été à la hauteur de ses attentes et que le souper ne risque pas d’être différent, surtout avec la température clémente.

Effectivement, lorsque Le Soleil s’est déplacé au Vieux-Port lors de la première soirée de l'événement, vers 17h jeudi, il était déjà possible d’apercevoir plus d’une trentaine de personnes assises aux tables extérieures des restaurants comme le Don Vegan, le Bistro St-Malo et la Louise Taverne & Bar à vin.

Vers 18h, les tables étaient presque pleines. Des musiciens de rue se sont installés pour égayer encore plus cette ambiance estivale pour les citoyens de la Ville et des quelques touristes régionaux qui ont pu en profiter pour boire un verre, manger un repas entre amis et relaxer au grand air sur les rues désormais bloquées à la circulation automobile.

Vers 18h, les tables étaient presque pleines. Des musiciens de rue se sont installés pour égayer encore plus cette ambiance estivale.

«La Ville a décidé d’offrir la rue aux commerçants pour pallier au manque d’espace intérieur et, vraiment, c’est apprécié de tous les restaurateurs et de tous les commerçants du quartier. Parce qu’on le sait tous que l’hiver a été difficile et là c’est l’effervescence partout», atteste M. Samson.

Adossé à une colonne du bâtiment Norplex, le propriétaire du Bistro St-Malo, Philippe Racine, confirme que le midi a été très occupé. Pour la Louise Taverne, cependant, un problème de hottes a empêché le chef Nikolas Couture et le propriétaire Blaise Fortin d’ouvrir leurs portes. Ils ont toutefois mis les bouchées doubles pour accueillir une terrasse bondée tôt en soirée.

La Grande Tablée prend place sur les rues Saint-Paul, Sault-au-Matelot ainsi qu’à la Place FAO. Depuis jeudi, il est possible de profiter des rues du quartier historique tous les jeudis, vendredis, samedis et dimanches jusqu’au 26 septembre. Les Fêtes nationales du Québec et du Canada ainsi que celles des Américains (4 juillet) et des Français (14 juillet) seront aussi célébrées sur place.

Des réservations locales

Grâce aux restaurants et à la clientèle qui vont envahir les rues, «ce sera le plus beau resto à ciel ouvert avec une ambiance de terrasse et, bien sûr, la distanciation, fait valoir Richard Samson. Je crois que les gens vont apprécier le fait de pouvoir avoir un bon repas dans un décor de cinéma, parce que sur les rues Saint-Paul et Sault-au-Matelot dans le Vieux-Port, c’est féérique.»

«Le monde a l’impression de manger en Europe, ce qui est encore plus le fun dans des années où on ne peut plus voyager», enchaîne Blaise Fortier.

Le Vieux-Port et ses tendances ont changé avec les années, ajoute Philippe Racine. «C’est vrai qu’il y avait une époque où c’était un attrape-touristes ici. Maintenant, tout le monde [les restaurateurs] est nouveau, on vient de reprendre possession du Vieux-Port. Les spaghettis ne coûtent plus 40$. On est là pour les locaux.»

Le propriétaire du Bistro St-Malo, Philippe Racine

L’enthousiasme de retrouver les terrasses et de profiter de la gastronomie locale s’est fait sentir très tôt, avant même l’annonce officielle du retour de La Grande Tablée, affirme le propriétaire du bistro français. «Tous les clients sont contents. Dès qu’on a pu leur annoncer qu’on le refaisait, tout le monde réservait déjà et ça demande des tables précises dans la rue». Une belle preuve de l’appréciation que laisse la dernière édition.

Les trois restaurateurs s’accordent pour dire que plusieurs habitués de la Ville de Québec font des réservations, mais que Montréal s’est aussi frayé un chemin dans les carnets. Une clientèle miroir à l’année précédente et «même de l'Ontario», laisse savoir le propriétaire de Louise Taverne.

«Ça permet surtout d’avoir une vie de quartier qui est intéressante. Le Vieux-Port c’est clair que l’été quand c’est rempli de touristes et des croisiéristes, il y a énormément de gens. Maintenant, c’est la population locale, les touristes nationaux qui viennent. Ça permet aux restaurateurs de faire un chiffre d'affaires qui est conséquent et de ne pas être restreints à leurs petits locaux», soumet Richard Samson.

Un été bien mérité

«Si on se fi à l’an dernier, c’était un succès total. Il y a plusieurs restaurateurs pour qui La Grande Tablée a permis de passer au travers de la crise», admet Richard Samson.

La Grande Tablée prend place sur les rues Saint-Paul, Sault-au-Matelot ainsi qu’à la Place FAO.

Il n’y a pas que les restaurateurs qui apprécient cette effervescence piétonnière dans les rues. Les hôtels, les boutiques et les galeries d’art pourront tous tirer leur épingle du jeu dans les prochains mois.

Néanmoins, M. Fortin espère que la population va arrêter d’avoir peur de se déplacer dans le quartier du Vieux-Port en automobile. «Le parking fait peur au monde. [Mais] il y a des centaines de stationnements dans le quartier, on est entouré. Et sinon, le vélo et le transport en commun sont super bien desservis».

Quand Le Soleil leur a demandé s’ils avaient des idées d’initiatives originales en tête pour cet été, les trois restaurateurs du Bistro St-Malo et de la Louise Taverne ont répondu en cœur «perdre du poids», avec humour, mais aussi avec sérieux. Nikolas Couture précise qu’avec le fait de démonter et monter les terrasses presque quotidiennement, en plus de l’achalandage, ils terminent l’été quelques livres en moins.