Il faudra dorénavant parler d’un tracé de 22,8 kilomètres plutôt que de 23 km. En effet, la fin de ligne au nord, initialement prévue à la hauteur du boulevard Louis-XIV, sera aménagée à l’angle de la 76e Rue et de la 1re Avenue, sur le site de l’ancien garage municipal.

Le tramway passera derrière les résidences de Pie-XII

N’en déplaise aux résidents de Pie-XII dans Sainte-Foy, le tramway passera sous la ligne électrique derrière leur résidence. Pour la Ville, c’est le tracé le plus direct, rapide et le moins coûteux.

Le président du Réseau de transport de la capitale, le conseiller Rémy Normand, en a fait l’annonce lundi lors du dévoilement du tracé final du tramway qui sera déposé pour approbation auprès du gouvernement du Québec.

Depuis l’annonce du projet, les résidants du secteur Pie-XII craignent que le passage du tram sous les lignes à haute tension derrière les maisons à 10 mètres de la ligne de terrain ne cause trop de bruit et de vibration.

«Aujourd’hui, on engage un dialogue sur les mesures possibles de mitigation», a lancé M. Normand, signalant que des actions pouvaient être posées comme l’érection de murs antibruit, mais qu’il était maintenant hors de question de modifier le tracé déposé.

Ainsi, l’administration Labeaume fait une croix sur un tracé qui passerait par Versant Nord pour se rendre jusqu’au ministère du Revenu sur la rue Marly. «Le prolongement du tracé de 1,3 kilomètre ajoute de quatre à six minutes de temps de transport et coûterait entre 100 à 120 millions $ supplémentaires», évalue M. Normand.

L’analyse de ce tracé révèle aussi que la configuration des lieux ne permet pas de construire une station à moins de 500 mètres de Revenu Québec. Enfin, le conseiller souligne que la fréquentation de ce secteur est quasiment nulle à l’extérieur des heures de pointe du matin et du soir, rendant ce choix moins pertinent. 

Un troisième tracé directement sur Pie-XII, aussi envisagé, a rapidement été abandonné. «Il faudrait exproprier 6 à 14 résidences et faire des acquisitions de terrain en cour avant sur toute la longueur du boulevard, sans compter les risques d’impact sonore», rapporte-t-il encore.

200 mètres en moins

Il faudra dorénavant parler d’un tracé de 22,8 kilomètres plutôt que de 23 km. En effet, la fin de ligne au nord, initialement prévue à la hauteur du boulevard Louis-XIV, sera aménagée à l’angle de la 76e Rue et de la 1re Avenue, sur le site de l’ancien garage municipal.

«Une analyse plus fine a permis de réaliser que la pente de 4,6 % sur Louis-XIV empêchait la construction d’une arrière-cour pour permettre au tramway de se retourner. La pente maximale pour un tel aménagement est de 2 %», résume le porteur du dossier.

Le trambus en conflit

Enfin, la Ville a décidé d’arrêter la principale ligne de trambus à l’Université Laval plutôt qu’au futur Phare sur le boulevard Laurier en raison «d’importants enjeux opérationnels».

Il y avait une sorte de conflit entre le trambus et le tramway. Par exemple, il était impossible d’assurer une priorité absolue au trambus aux carrefours à cause de la fréquence du tramway. De plus, le partage d’une plateforme en tunnel sous Le Phare, où sera aménagé le pôle d’échange Ouest, devenait difficile, voire impossible.

L’opposition inquiète

«On nous répète que le projet est prêt au millimètre près et on annonce des changements majeurs», estime le chef de l’opposition officielle, Jean-François Gosselin, de Québec 21. «On vient de nous montrer que le projet est fait sur le coin d’une table.»

Pour sa part, le conseiller de Démocratie Québec, le conseiller Jean Rousseau, considère que la Ville répond toujours au compte-gouttes aux questions des citoyens. «On est en attente sur le bruit et sur le nombre de stations. On se demande comment vont s’intégrer les rails dans la trame urbaine. Dans Montcalm, on parle déjà d’un Montcalm Sud et d’un Montcalm Nord à cause du rail surélevé», évoque celui qui voit déjà les salles bondées lors de la tournée d’information qui débute sous peu.