Le tramway au coeur du développement de l’ouest de Québec

La Ville enlève le flou entourant la vision de développement du secteur Chaudière, au centre duquel traversera la ligne de tramway. En plus des 4000 portes résidentielles à construire, la Ville souhaite y voir pousser d’autres commerces, mais aussi des entreprises de haute technologie et même une école.

L’administration municipale a présenté lundi la manière dont elle souhaite développer cette portion de territoire comprise entre l’autoroute Félix-Leclerc au nord, le boulevard du Versant Nord au sud, l’avenue Le Gendre à l’ouest et l’autoroute Duplessis à l’est.

«C’est pratiquement une page blanche. On a le devoir de bien faire les choses. Les consultations ont déjà débuté», a lancé le maire de Québec, se disant même soulager de pouvoir revaloriser ce secteur qui n’était pas voué à un grand avenir avant la naissance du projet de tramway.

La Ville mise sur un concept de type Transit Oriented Development (TOD), c’est-à-dire un développement de densité modérée à forte axé sur le transport en commun et autres modes de transport actifs comme la marche et le vélo. 

Développement résidentiel

Au chapitre du développement résidentiel, Régis Labeaume n’a aucune inquiétude de l’intérêt des promoteurs pour le secteur. «Il y en a cinq ou six dont Cominar et Roussin. Ils ont hâte d’investir», assure-t-il, soulignant qu’il y a suffisamment de place pour la construction d’immeubles de 7 à 8 étages, totalisant de 3500 à 4000 portes. 

La Ville possède 40 % de la superficie totale à développer. Il a bien sûr les terrains humides, qui le resteront d’ailleurs. M. Labeaume est fier que la carte présente autant de zones vertes que de zones proposant d’autres usages.

En ajout au plan de développement initial, la Ville conserve des terrains pour l’implantation d’entreprises de haute technologie. «C’est propre et ça vient régler le problème du manque d’espace», précise le maire. En effet, la Ville peine à trouver des terrains disponibles. 

Pour compléter le tableau, on a même l’espoir de construire une nouvelle école le long du boulevard Chaudière. «Il en manque une à Cap-Rouge. On a pensé garder un espace pour ça. On a déjà fait la proposition à la vice-première ministre, Geneviève Guilbault», explique M. Labeaume.

Enfin, tout ce développement est rendu possible avec l’arrivée du tramway. Le Centre d’entretien et d’exploitation du matériel roulant et des rails sera construit à la sortie de l’autoroute Félix-Leclerc à la hauteur de l’avenue Le Gendre. Ce sera aussi le point de départ du tracé dans l’ouest de la ville. Aux 250 places que compte l’actuel Parc-O-Bus, la Ville en construira un second de 500 places, avec un potentiel de 85 supplémentaires.

On a beau vouloir axer le développement autour du transport actif, la Ville est consciente des problèmes de circulation automobile qu’il peut engendrer sur le boulevard Chaudière. Le président du RTC, le conseiller Rémy Normand, dit garder confiance de régler cet autre défi qui se présente. 

L’ensemble de la présentation est disponible ici