La conseillère Julie Lemieux accuse l'opposition d'être «alarmiste» dans ce dossier qui a fait des flammèches au conseil municipal de lundi soir.

Le ton monte autour du Schéma d'aménagement

La Direction de la santé publique de la Capitale-Nationale a émis des réserves sur la version préliminaire du Schéma d'aménagement de la Ville de Québec qu'elle juge à plusieurs égards trop faible quant à l'impact du transport et des activités industrielles. La conseillère Julie Lemieux accuse l'opposition d'être «alarmiste» dans ce dossier qui a fait des flammèches au conseil municipal de lundi soir.
Dans un avis daté du 15 juillet et remis aux journalistes par le parti d'opposition Démocratie Québec lundi, la santé publique note une série de points incomplets dans la première mouture du schéma d'aménagement. Il y est notamment demandé d'ajouter des mesures pour identifier les prises d'eau, s'adapter aux changements climatiques, se préparer au vieillissement de la population ou encore de faire «la promotion des saines habitudes de vie».
L'administration Labeaume a présenté en avril son projet de Schéma d'aménagement et de développement de l'agglomération de Québec 2040 qui prévoit le développement de la Ville ces 25 prochaines années. Le fait saillant de ce schéma est que l'agglomération de Québec veut continuer à se densifier et compte construire 61 500 unités d'habitation supplémentaires. 
Avis «incomplet»
Or, selon l'opposition, cet avis de la santé publique montre que l'administration Labeaume «ne se préoccupe pas de la santé de ses citoyens».
Des allégations qui ont fait bondir la conseillère responsable de l'aménagement du territoire, Julie Lemieux. «C'est un avis qui n'est pas complet», a-t-elle répliqué en précisant que le schéma d'aménagement est en évolution et que la majorité des points soulevés dans le document rendu public par Démocratie Québec n'ont pas été retenus par le ministère des Affaires municipales de qui viennent les demandes finals de changements au Schéma provisoire.
«Présentement, on rencontre le gouvernement, on a cinq rencontres prévues justement pour améliorer le schéma. Ça va durer encore plusieurs mois. Il ne faut pas paniquer», a poursuivi Mme Lemieux. «On va revenir avec un deuxième projet qu'on va renvoyer au gouvernement», a-t-elle indiqué.