Tout au long de l'été, l'équipe du SPOT promet la tenue d'activités récurrentes, qui seront annoncées au moins deux semaines à l'avance chaque fois.

Le SPOT vise large et voit grand pour l'été 2018

Pour sa quatrième édition qui a été lancée samedi soir dans Limoilou, le comité organisateur du SPOT (pour Sympathique parvis ouvert à tous) voit grand. Il entend offrir une programmation variée pour tous les âges, des plus jeunes aux plus vieux.

C'est le parvis de l'église Saint-Charles-de-Limoilou, situé sur la 8e Avenue, qui a été sélectionné par l'organisation cette année. Celle-ci est composée de huit étudiants gestionnaires en architecture et en design de l'Université Laval, mais aussi de plusieurs bénévoles. 

LIRE AUSSI: Le SPOT ouvre ses portes pour l'été

Sur les lieux, les installations ne sont pas sans rappeler l'église à proximité. Le resto-bar, nommé Y'a du monde à la messe, ou les parcours de mini-putt — la trinité, le confessionnal et le cyclorama — témoignent bien de cette volonté à intégrer l'infrastructure religieuse à même l'endroit. 

En constante augmentation, le budget de l'organisme frise cette année les 200 000 $. La Ville de Québec, l'un des principaux collaborateurs, fournit près du quart de ces fonds. Le reste provient de divers partenaires comme Desjardins ou Première Ovation, mais aussi d'une campagne de sociofinancement sur La Ruche, lancée il y a quelques jours.

Dimanche en fin d'après-midi, plus de 2300 $ avaient déjà été amassés sur un objectif global de 10 000 $, fixé au préalable par l'organisation. 

Nouveautés à la tonne

En entretien avec Le Soleil, dimanche, l'une des coordonatrices du projet, Cynthia Gauthier, avoue cultiver de grandes attentes pour la saison estivale. «On espère vraiment que les gens seront au rendez-vous, qu'ils participent et qu'ils viennent découvrir nos nouvelles activités, lance-t-elle. On espère voir les nombreuses familles de Limoilou s’impliquer, mais on veut aussi voir toutes les générations y participer.»

Un lot de nouveautés s'ajoute d'ailleurs au concept pour 2018. En plus des installations entièrement faites en bois, une première, de nouvelles activités récurrentes voient le jour. Un circuit de vélo partira notamment de la boutique Vélo-Cartel, à Vanier, pour se rendre jusqu'au SPOT, où les cyclistes termineront l'activité en formule 5 à 7.

Des paniers de légume La Mauve seront dorénavant en vente sur le site, ajoute Mme Gauthier. «On aura donc sur place un point de chute pour des légumes biologiques», indique-t-elle. Des séances hebdomadaires de taïchi données par Kung-Fu Québec s'inviteront aussi au SPOT.

Samedi soir, la soirée de lancement semble avoir littéralement dépassé les attentes du comité exécutif. «Ça a vraiment bien été malgré le changement de date [le lancement était initialement prévu le 15 juin, NDLR]. Il y avait beaucoup de monde, vraiment plus que ce qu’on s’attendait. C’est un très bon signe pour le reste de l’été», convient l'étudiante. 

La totalité des installations sont faites de bois cette année, rendant une ambiance plus chaleureuse aux yeux des organisateurs.

De tout pour tous

La quatrième mouture de la place éphémère visera d'abord et avant tout à rejoindre toutes les tranches d'âge, affirme Cynthia Gauthier, qui rappelle que «toute la programmation a été construite dans l'optique d'intéresser un peu tout le monde».

L'organisme Zone PATRO tiendra d'ailleurs quelques activités pour les tout-petits pendant la saison estivale. Les jeunes adultes seront eux-aussi comblés par l'offre alléchante de spectacles d'improvisation, de musique ou d'humour, selon la porte-parole. Une série de conférences «plus intellectuelles» est aussi à l'horaire, notamment sur le patrimoine, thème principal de cette édition.

Même les personnes âgées y trouveront leur compte, croit l'organisation, qui vient de conclure un partenariat avec la fondation AGES (pour Avancement de la Gérontologie et de la Gériatrie Sociales), qui offrira des activités 100 % dédiées aux aînés. 

Chaque année, le SPOT gagne en popularité de par son caractère très mobile, estime Cynthia Gauthier. «En changeant de site chaque année, on vient constamment rejoindre des nouveaux quartiers et les gens se fidélisent. On le voit, le nombre de personnes qui nous suit s’accumule, et pour nous c’est gagnant. On a plus d'influence après.»

+

DU YOGA EN LUMIÈRE

Le 21 juin, dans le cadre de la Journée internationale du yoga, l'organisation tiendra une soirée toute spéciale de yoga de lumière. «Je pense que ça va vraiment marcher et plaire. Ça va être du yoga dans le noir complet. Comme nos installations ont beaucoup de lumière, ça risque d’être fort intéressant», poursuit la coordonnatrice à ce sujet. 

Un grand événement est également prévu pour la Saint-Jean-Baptiste, fête nationale du Québec, le 23 juin au soir. Le tout devrait d'ailleurs être dévoilé via les réseaux sociaux en début de semaine, selon nos informations. 

Tout au long de l'été, l'équipe du SPOT promet la tenue d'activités récurrentes, qui seront annoncées au moins deux semaines à l'avance chaque fois. 

D'ici les prochaines années, la porte-parole espère voir le projet grandir encore et encore, même si elle conserve certaines réserves. «Le comité étudiant, il se renouvelle à chaque année, donc notre avenir en soi est tout le temps un peu incertain, mais j’ai confiance que ça va recommencer et que ça grandisse bien dans le futur», avance-t-elle. 

Elle ajoute, en fin d'entretien, qu'il est essentiel que de tels projets perdurent dans le temps. «Il faut que ça devienne reconnu partout et surtout que ça puisse en inspirer d'autres à construire des places publiques éphémères», conclut-elle.