Le ruisseau du Moulin se dégrade

Isabelle Mathieu
Isabelle Mathieu
Le Soleil
Le ruisseau du Moulin à Beauport dépérit dans l'indifférence quasi générale. Il est temps de l'aider à se refaire une santé et de le mettre en valeur, demandent les comités de citoyens à la Ville de Québec.
Déjà, 70 % des bandes riveraines du ruisseau se sont dégradées. Son eau, d'une qualité moyenne, est trop riche en phosphore. Quelques résidants déversent directement l'eau chlorée de leur piscine dans le cours d'eau et, chaque printemps, les bénévoles remplissent des dizaines de sacs avec les déchets trouvés dans le ruisseau.
La Corporation d'actions et de gestion environnementale de Québec (CAGEQ) a scruté, à la demande du conseil de quartier, le ruisseau de 8,8 km qui prend sa source dans la Montagne-des-Roches pour déboucher dans la baie de Beauport.
Le verdict? «Il n'est pas en très, très bon état, mais il a beaucoup de potentiel», résume Payse Mailhot, biologiste et directrice du CAGEQ.
Comme ça a été fait pour la rivière Saint-Charles, il faudrait enlever les canalisations de béton qui l'emprisonnent sur la moitié de sa longueur et tuent la faune et la flore. Et, par la suite, réimplanter de la végétation sur les berges.
Parc riverain
Les gens du quartier aimeraient avoir accès au ruisseau, grâce à un parc riverain, par exemple. «Le ruisseau coule tout proche de l'avenue D'Estimauville, note Marie-France Legault, présidente du conseil de quartier du Vieux-Moulin. Pourquoi ne pas profiter de la revitalisation de ce secteur pour faire des travaux?»
Les citoyens risquent de patienter encore. «Il n'y a pas de sommes prévues à l'heure actuelle», indique Danielle Caron, porte-parole de l'arrondissement de Beauport. «Des travaux au ruisseau du Moulin ne font pas partie des priorités pour le moment.»