La fermeture du Concorde privent les organisateurs de congrès de 400 chambres haut de gamme et de grandes salles de réception pour y loger et recevoir les participants.

Le rapport sur la fermeture du Concorde bientôt prêt

Le rapport commandé par l'administration Labeaume dans la foulée de la fermeture du Concorde est à l'étape de la «finalisation» et sera rendu public prochainement.
En février dernier, alors que le Concorde venait de fermer ses portes et qu'il était convoité par Eddy Savoie pour en faire une résidence pour personnes âgées, l'administration Labeaume avait décidé de prendre un temps d'arrêt avant d'accorder à l'homme d'affaires le changement de zonage qu'il demandait.
La Ville a octroyé de gré à gré à un expert indépendant le mandat d'étudier l'impact de la fermeture des 406 chambres de l'emblématique hôtel de la Grande Allée. Le maire Régis Labeaume jugeait l'étude peu chère à 25 000 $ et estimait qu'elle serait utile pour connaître l'industrie touristique dans le secteur.
Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts - et beaucoup d'encre dans les journaux - depuis le lancement de l'étude. M. Savoie s'est porté acquéreur, a tenté de vendre à un groupe d'acheteurs anonymes que le maire a soupçonnés d'être liés à la mafia et qui voulaient développer une formule de condo-hôtel, un règlement municipal a été voté pour empêcher toute autre vocation que l'hôtellerie, la vente est tombée, puis une autre a été conclue avec l'hôtelier Jean-Guy Sylvain. Celui-ci a rouvert l'hôtel à la fin mai. 
Malgré la reprise des activités au Concorde, l'administration Labeaume a choisi d'aller de l'avant avec l'étude d'impact. On en profitera, a dit le maire, pour faire le point sur l'offre touristique et d'hébergement dans le secteur névralgique de la Grande Allée. On attendait les conclusions en juin.
Mardi, la Ville a confirmé que le rapport est presque terminé. «Le service du développement économique [de la Ville] travaille encore avec la firme qui réalise le rapport et celui-ci est en étape de finalisation présentement», a indiqué le porte-parole David O'Brien. Ce dernier n'a pas voulu s'avancer sur une date de remise officielle du rapport. Il souligne que celui-ci doit être approuvé par les élus. «Une fois que le service jugera que le rapport est complet, il le présentera au comité exécutif.»
Des résultats satisfaisants
Les premiers mois d'opération depuis la réouverture du Concorde ont donné des résultats concluants. «Le départ s'est fait assez rapidement. On a eu un taux d'occupation intéressant pour le mois de juin et juillet. C'est selon nos attentes», a indiqué le directeur général de l'hôtel, Marc Ruest. L'hôtel espère maintenant garnir son livre de réservation des séjours de groupes, qui était vide lors de la reprise des activités. Et on est encore en période d'ajustement pour certains problèmes techniques, comme Internet sans fil qui connaît des ratés. Mais le personnel complet est en place depuis un mois et l'automne s'annonce prometteur, a indiqué M. Ruest.