Questionné sur le retrait de Lévis du projet de SRB, le ministre des Transports, Laurent Lessard (photo), a indiqué que «c'est majeur comme changement». À savoir si le projet doit être revu à Québec et faire l'objet de nouvelles approbations, il a répondu que «tout est sur la table».

Le projet de SRB à revoir, dit le MTQ

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) révisera le projet de SRB à la lumière du retrait de Lévis. «Tout est sur la table.»
L'attaché de presse du ministre Laurent Lessard a été chargé de porter la parole du gouvernement du Québec, mardi soir. Quelques minutes après le conseil municipal de Lévis qui a scellé le sort du projet de SRB sur la rive sud, Mathieu Gaudreault a commencé par dire qu'«on prend acte de la déclaration de M. Lehouillier». Puis il a ajouté que des discussions devront avoir lieu avec les villes de Québec et de Lévis ainsi que le bureau d'étude du SRB.
«Nous, on répondait à une demande des deux maires de Québec et de Lévis qui nous avaient demandé de les accompagner dans un projet structurant de transport en commun, à grand déploiement. Ils nous avaient demandé de leur donner les ressources nécessaires pour mettre de l'avant ce projet-là. C'est ce que le gouvernement avait fait. Maintenant, on comprend que Lévis semble retirer ses billes du jeu», a rappelé M. Gaudreault. 
Lors d'une rencontre avec Laurent Lessard qualifiée de «cruciale», jeudi, le maire Gilles Lehouillier aurait fait part de son intention de consulter ses collègues du conseil municipal pour se positionner. La surprise n'était donc pas totale au cabinet des Transports. 
Mathieu Gaudreault a toutefois laissé tomber que «c'est majeur comme changement». À savoir si le projet doit être revu à Québec et faire l'objet de nouvelles approbations, il a répondu que «tout est sur la table». 
Le bureau d'étude du SRB Québec-Lévis a été officiellement créé en mars 2016 grâce à une première subvention de 12,5 millions $. Dès le départ, le gouvernement fédéral a été invité à contribuer au mégaprojet estimé à plus d'un milliard de dollars. Un programme pour les infrastructures de transport collectif a été annoncé par Ottawa le 22 mars dernier. 
La semaine suivante, Québec débloquait 56 millions $ supplémentaires pour permettre la réalisation des plans et devis en vue d'une mise en chantier du SRB en 2019 et de la mise en service d'une première phase en 2022. Considérant que Lévis tardait à s'impliquer, le maire de Québec, Régis Labeaume, avait alors annoncé son intention d'utiliser la somme au seul bénéfice de la rive nord. Une joute politique intense a suivi jusqu'à l'abandon du projet par Lévis mardi.