L'Amerigo Vespucci impressionne tant par ses dimensions  -plus de 100 mètres de long et 15 mètres de large - que la beauté de son bois vernis aux teintes caramel, ses ornements dorés et ses 24 voiles.

«Le plus beau navire du monde» de passage à Québec

L'Amerigo Vespucci, le voilier d'entraînement de la marine italienne autoproclamé «le plus beau navire du monde», est accosté pour la première fois au port de Québec quelques jours, soit le temps de donner un avant-goût aux résidents et touristes de la ville de ce qui les l'attend fin juillet avec la venue d'une quarantaine de ses semblables.
Difficile de juger s'il s'agit effectivement de l'embarcation la plus formidable existant à l'échelle de la planète mais il ne fait aucun doute que l'Amerigo Vespucci impressionne tant par ses dimensions -plus de 100 mètres de long et 15 mètres de large- que la beauté de son bois vernis aux teintes caramel, ses ornements dorés et ses 24 voiles. La coque est quant à elle peinte du traditionnel bleu marine rayé de blanc, donnant un aspect des plus noble à ce voilier construit en 1930, le plus vieux de la marine italienne.
Celui-ci a traversé l'Atlantique au cours des dernières semaines pour la première fois en 16 ans, soit «depuis trop longtemps», dira son capitaine, Angelo Patruno, lors d'une présentation aux médias mardi après-midi. Au cours de son périple visant à former les futurs matelots italiens, il visitera 13 ports dans cinq pays. C'est la première fois qu'il s'aventure dans le Saint-Laurent et par conséquent, qu'il accoste à Québec. Auparavant, il s'est arrêté à Montréal et Halifax.
Le capitaine Patruno affirme avoir trouvé l'expérience du fleuve des plus formatrices puisque son voilier n'a pas l'habitude de s'aventurer dans de telles eaux. Il recommandera d'ailleurs à ses supérieurs d'inclure ce genre de périple à la formation officielle de la marine italienne ce qui se traduira par de nouvelles visites de ce côté-ci de l'océan, assure-t-il. L'Italien admet également avoir eu chaud à quelques reprises depuis son arrivée dans les eaux canadiennes puisque ses mâts les plus hauts (54 et 50 mètres) ne pouvaient passer sous les trois ponts, ce qui a nécessité une manoeuvre peu fréquente de la part de l'équipage.
L'Amerigo Vespucci est le voilier d'entraînement de la marine italienne.
C'est la première fois que L'Amerigo Vespucci s'aventure dans le Saint-Laurent et, par conséquent, qu'il accoste à Québec.
De plus, pour lui donner un coup de pouce sur la voie navigable québécoise, et surtout parce que la réglementation canadienne l'oblige, Angelo Patruno a accueilli six pilotes du Saint-Laurent qui ont, selon ses dires, grandement apprécié la tradition italienne de manger de la pizza à bord du bateau une fois que les douze coups de minuit ont sonné.
Âgé de 86 ans, le navire a subi une importante cure de jeunesse au cours des dernières années dont la facture s'élève à plus de 35 millions d'euros. Le lieutenant Marco Berruti a expliqué que celle-ci s'est effectuée dans la tradition mais avec un mélange de modernité afin de respecter de nouvelles normes environnementales visant à réduire la consommation de carburant.
Pour des raisons d'incompatibilité d'agenda, l'Amerigo Vespucci ne pouvait être présent à Québec du 19 au 23 juillet lorsque la quarantaine de grands voiliers de RDV 2017 seront au port. Qu'à cela ne tienne, il accapare présentement toute l'attention des passants impressionnés par un visiteur d'une telle envergure.
Pour le voir de plus près, il est possible de monter à bord selon l'horaire suivant:
Mercredi le 5 juillet, 14 h 30 à 18 h 30;
Jeudi le 6 juillet, 10 h 30 à 12 h 00
Vendredi le 7 juillet, 10 h 30 à 12 h 00.