Selon la firme DeRico Experts, le projet Le Phare pourrait renforcer la position du pôle Sainte-Foy comme centre-ville d’affaires et créer une demande de densification de certaines artères.

Le Phare pourrait faire grimper la valeur des propriétés

Le complexe immobilier Le Phare, qui possédera une tour de 65 étages, pourrait faire grimper la valeur des propriétés à Sainte-Foy.

C’est la conclusion d’une étude de la firme DeRico Experts réalisée en prévision de la construction du développement de 755 millions $ sur le boulevard Laurier.

«Les valeurs marchandes foncières des maisons unifamiliales situées à proximité du site […] ne seront pas affectées négativement par le projet, que les demeures se trouvent en zone résidentielle primaire ou secondaire. Si effet il y a, nous sommes d’avis qu’il risque davantage d’être positif que négatif.»

Dans son analyse réalisée au mois de septembre, la firme a évalué l’impact du développement du Groupe Dallaire sur les résidences des quartiers Saint-Louis, Saint-Denys-du-Plateau et dans le secteur de la rue Gabriel-Dumont.

Les experts ont, entre autres, tenu compte dans leur analyse des ombrages causés par les quatre tours — d’une hauteur entre 17 et 65 étages — de la circulation routière et des vents.

«Le projet Le Phare pourrait renforcer la position du pôle Sainte-Foy comme centre-ville d’affaires et créer une demande de densification de certaines artères. Si tel devait être le cas, la valeur des propriétés pourrait augmenter une fois les travaux terminés», peut-on lire dans la fiche synthèse du rapport disponible sur le site Web de la Ville. 

Pour se rafraîchir la mémoire, rappelons que le complexe hébergera des bureaux, des commerces, un hôtel (156 chambres), des copropriétés (395 unités), des appartements (270 unités), une résidence pour personnes âgées (394 unités), une salle de spectacle et une place publique. La superficie totale du développement sera de 3 millions de pieds carrés.

Entre 225 000 et 875 000 $

Du côté du marché de l’habitation, les prix mensuels pour les appartements locatifs du complexe devraient osciller entre 800 $ et 2000 $, peut-on lire dans un rapport de la firme d’Aviseo Conseil. 

Il s’agira de montants entre 30 % et 80 % supérieurs au loyer médian. Il varie présentement entre 617 $ et 1095 $ par mois à Sainte-Foy.

Pour les condos, selon les estimations de la firme, l’acheteur devra débourser entre 225 000 $ et 875 000 $. Et environ 41 % des unités seront affichées à plus de 500 000 $.

À titre d’information, le prix médian des copropriétés s’est établi à 193 500 $ en 2017 à Québec.

À LIRE AUSSI: Le bulldozer est en marche - La chronique de François Bourque

Afin de mieux connaître l’impact sur le marché immobilier, Aviseo Conseil s’est penchée ce printemps sur les besoins en constructions neuves pour les prochaines années dans l’agglomération de Québec. 

La compagnie estime que la région pourrait accueillir plus de 18 200 nouveaux ménages entre 2021 et 2031. Elle chiffre les demandes en habitation pour cette même période à 5400 logements locatifs et 3400 copropriétés.

«Le projet Le Phare prend place dans un marché de la copropriété où il existe un risque élevé de construction excessive qui entraînera un écoulement du projet sur plusieurs années», indique Aviseo Conseil.

Pour le marché locatif, il «est également à risque» en raison de cette nouvelle offre, «mais dans une moindre mesure». 

Le Phare devrait représenter 5 % des besoins totaux en logements locatifs entre 2021 et 2031. Pour les copropriétés, le complexe comblera 11,7 % des besoins pour cette même période. 

«Ce qui laisse la construction de 300 copropriétés annuellement aux autres promoteurs pour l’ensemble de l’agglomération», dit l’étude.

Marché à bureaux

Si on regarde maintenant pour le marché à bureaux dans la Ville de Québec, le taux d’inoccupation a été de l’ordre de 9,8 % en 2017. Dans la zone Haute-Ville–Laurier, ce pourcentage chute à 6 %.

Selon un rapport produit par Jones Lang LaSalle Services immobilier, la demande pour de l’espace à bureaux dans la région sera annuelle de 11 600 m2 à moyen terme. Au total, le complexe Le Phare prévoit offrir 82 120 m2 d’espaces locatifs.

«En fonction du présent contexte économique et des prévisions, le marché de bureaux de Québec est en mesure d’absorber la mise en service de la Tour 1 en 2022. Il en serait de même avec la Tour 3 en 2026 et la Tour 4 en 2029, si la conjoncture du marché demeure favorable», souligne dans son rapport Jones Lang LaSalle. Précisons que la Tour 2 hébergera la résidence pour aînés.

La firme indique toutefois que la construction du complexe aura tout de même un impact sur certains secteurs, dont l’axe Haute-Ville–Laurier. Une diminution ou un report des chantiers pourraient être observés. 

Quant au prix des loyers, il devrait demeurer stable.

«Les autres zones de la Ville de Québec où se concentrent des immeubles de bureaux ne devraient pas être affectées de façon marquée», conclut-elle.

L’objectif est toujours de lancer le mégachantier, qui s’échelonnera sur une décennie, à l’hiver 2019.