Anne Guérette s'engage, si elle est élue le 5 novembre prochain, à tenir un forum sur le vivre-ensemble dans les 100 premiers jours de son mandat afin d'«ouvrir le dialogue et permettre à toutes les personnes concernées de s'exprimer». 

Le parallèle Labeaume-Kadhafi était «malhabile», convient Guérette

La cheffe de l'opposition à l'hôtel de ville de Québec, Anne Guérette, a choisi le réseau social Twitter pour rectifier le tir mercredi matin : elle convient que le parallèle qu'elle a établi la veille entre le maire Régis Labeaume et l'ex-homme fort libyen Mouammar Kadhafi était «malhabile».
Mardi soir, tandis que les élus discouraient à l'occasion du Conseil municipal, Mme Guérette avait tancé le maire : «Kadhafi, moi ça m'avait beaucoup marqué, j'avais lu quelques mois avant qu'il meure, il avait dit : "Il n'existe pas sur la planète de pays, de nation, plus démocratique que la Libye." Juste pour vous dire que Kadhafi est mort en pensant qu'il était un grand démocrate.»
Mercredi matin, elle est toutefois revenue sur sa déclaration, pas devant les journalistes, mais en envoyant deux gazouillis. «Le parallèle que j'ai fait au [Conseil municipal] était peut-être malhabile. Mon but: mettre en lumière que trop de pouvoir dans les mains d'une personne est néfaste pour une saine démocratie.»
À l'hôtel de ville, mercredi, le maire n'a pas voulu commenter davantage. La veille, Régis Labeaume avait critiqué le style de sa rivale. «Le parallèle de la politique municipale à Québec avec Kadhafi ce soir nous étonne énormément.» Le maire l'a invitée à visiter des cafés populaires pour prendre le pouls de la population qui serait lasse du manque de respect de Mme Guérette envers l'administration Labeaume. Avait suivi une tirade électoraliste.