Les vastes travaux de 16 millions $ ont débuté au printemps à l'hôtel de ville. Le réaménagement du stationnement est notamment complété.

Le mystère plane sur l'allure des jardins de l'hôtel de ville de Québec

L'administration Labeaume nous a habitués à voir des maquettes de ce dont auront l'air ses grands projets d'architecture et d'aménagement. Pourtant, des mois après le début des travaux de16 millions $, impossible de savoir ce qui se prépare pour les jardins de l'Hôtel-de-Ville.
Pics et pelles s'activent depuis le printemps au vaste réaménagement du stationnement de l'hôtel de ville, rue Sainte-Anne, devant le Clarendon. Pendant des mois, des bâches sur les clôtures ont empêché de voir le chantier. Aujourd'hui, on peut constater que les travaux au stationnement sont terminés. Un nouveau muret a aussi été érigé dans la rue Pierre-Olivier-Chauveau, complètement rénovée. Mais quelle sera l'allure de la place publique voisine de l'hôtel de ville? Le «silence visuel» est complet.
«Quand ça va être fait, le monde va dire "wow"!» s'est limité à dire le maire de Québec, Régis Labeaume, lorsque questionné jeudi sur ce «mystère».
Pourtant, une version de la place publique sur laquelle on promet des jeux d'eau, des escaliers et de la verdure a existé. Une image a aussi circulé en 2010, à l'époque où le maire souhaitait y installer un miroir d'eau. Critiquée par plusieurs avant d'être finalement jugée trop dispendieuse, l'idée a été abandonnée. Le miroir d'eau est présentement prévu dans la prochaine phase de la promenade Samuel-De Champlain.
Ces images, c'était aussi avant l'ajout de changements qui, en mars, ont fait grimper l'investissement de 9 à 16 millions $. La nouvelle mouture y prévoit notamment l'installation de l'horloge suisse Richard Mille, legs de la République et Canton du Jura à l'occasion du 400e anniversaire de Québec. Les travaux de la rue Chauveau ont aussi fait grimper la facture.
En mars, le conseiller municipal François Picard, qui a quitté la vie politique depuis, avait affirmé au Soleil que des maquettes seraient rendues publiques un mois plus tard. Depuis, rien.
Et certains citoyens ont bien hâte de voir. Ces derniers mois, des lecteurs ont régulièrement jointLe Soleil en demandant si on verra bientôt l'apparence des jardins de l'Hôtel-de-Ville entièrement refaits.
«Nos architectes ont tous les plans qu'il faut», explique pour sa part l'attaché de presse du maire Labeaume, Paul-Christian Nolin, qui souligne «l'excellent travail» des professionnels de la Ville. Mais il n'était pas nécessaire de mettre à jour des images modélisées pour les montrer aux citoyens, plaide-t-il, évoquant notamment la volonté «d'éviter les frais» qu'engendre la production de nouvelles maquettes.
La firme d'urbanisme et d'aménagement IBI-DAA travaille aussi à l'aménagement de la place publique. Au bureau de l'entreprise vendredi, on a renvoyé Le Soleil au service des communications de la Ville.
Étonnante discrétion
Cette discrétion peut étonner venant d'une administration qui a souvent mis le paquet pour présenter des projets en images et en modélisation vidéo. Des images pour faire comprendre et, aussi, faire rêver souvent plusieurs années à l'avance. Le PPU Sainte-Foy, l'amphithéâtre, le réaménagement du secteur de la bibliothèque Gabrielle-Roy ont eu droit à des maquettes diffusées publiquement. Même une place publique projetée au Vieux-Port devant le Musée de la civilisation pour 2017 a été présentée en grande pompe, à coups de belles images couleur.
«Mais ces images sont souvent présentées pour avoir l'adhésion, notamment des autres paliers de gouvernement», plaide M. Nolin. Comme les travaux de l'hôtel de ville ne touchent que le municipal - «On est chez nous», dit M. Nolin -, il n'est pas nécessaire de diffuser d'images, estime-t-il.
***
Une situation ironique, selon Guérette
La conseillère municipale Anne Guérette trouve plutôt ironique que la population de Québec n'ait pas encore vu d'images des jardins de l'Hôtel-de-Ville, un lieu pourtant qualifié de maison du peuple, dit-elle.
«L'hôtel de ville est la maison des citoyens. J'aurais souhaité qu'il soit aménagé pour ou par les citoyens. Qu'ils aient pu faire partie du processus idéateur», estime la conseillère de Démocratie Québec dans Cap-aux-Diamants, secteur qui inclut l'hôtel de ville. «On parle de fontaines, d'un parc, d'estrades, mais on n'a pas pu regarder qu'est-ce qu'il y avait de proposé par la Ville.»
La conseillère élue depuis 2007 estime que la population aurait pu avoir de belles idées pour les terrains de l'immeuble du 2, rue des Jardins, dont les vastes rénovations atteignent 16 millions $.
«On parle beaucoup d'agriculture urbaine. Les gens auraient peut-être aimé des jardins communautaires», donne-t-elle en exemple.
***
Chronologie
> Automne 2010: Après un voyage à Bordeaux, le maire Régis Labeaume craque pour le concept de miroir d'eau. Il souhaite voir une telle installation aménagée dans les jardins donnant sur la façade sud de l'hôtel de ville. Le projet, évalué à 5 millions $, est prévu pour l'année 2012.
> Décembre 2011:  La Ville de Québec prévoit 10 millions $ pour la réfection de la toiture du stationnement de l'hôtel de ville, des toilettes et la reconfiguration des rues Sainte-Anne, des Jardins et Pierre-Olivier-Chauveau.
> Novembre 2012: Jugé trop coûteux, le projet d'inclure le miroir d'eau dans le réaménagement est abandonné. Le miroir d'eau a plutôt été récupéré dans le concept de la phase III de la promenade Samuel-De Champlain. La Ville prévoit toujours 10 millions $ pour la rénovation du stationnement et l'aménagement d'une place publique avec escaliers, parc, beaucoup de verdure et des jeux d'eau pour cet endroit qu'elle souhaite voir devenir un lieu de rassemblement pour les citoyens.
> Février 2013: La Ville annonce que l'horloge Richard Mille offerte par le Jura pour le 400e en 2008 sera installée dans les jardins de l'Hôtel-de-Ville. Haute de 3,5 mètres et lourde de 1500 kg, l'horloge sera protégée par un abri de verre pour la tenir loin des intempéries.
> Mars 2013: Le coût total des réaménagements autour de l'hôtel de ville passe de 10 à 16 millions $ depuis que l'administration Labeaume a décidé d'y ajouter l'horloge du Jura et la réfection complète de l'arrière de l'hôtel de ville, rue Pierre-Olivier-Chauveau.
> Janvier 2014: Les rénovations au stationnement de l'hôtel de ville sont terminées, celles du côté de la rue Pierre-Olivier-Chauveau aussi. Le chantier va bon train pour la place publique, pour laquelle aucune image n'a été rendue publique. On prévoit que les nouveaux jardins de l'Hôtel-de-Ville seront aménagés d'ici l'automne.