Les citoyens de l’île d’Orléans dénoncent notamment les coûts élevés obligés des rénovations, les nombreux constats d’infraction émis par le ministère et le manque d’information transmise.

Le ministère de la Culture «tend la main» aux citoyens excédés de l’île d’Orléans

Le ministère de la Culture et des Communications assure vouloir rencontrer les citoyens de l’île d’Orléans à propos des problèmes liés aux demandes de permis de rénovation ou de construction. Pourtant, le regroupement citoyen soutient qu’il essaie d’obtenir une rencontre depuis un an.

«Le Ministère a toujours tendu la main aux citoyens et aux élus du site patrimonial de l’île d’Orléans et est prêt à rencontrer le Regroupement pour discuter de ces enjeux de vive voix. Je ne saurai pas dire pourquoi la rencontre n’a pas eu lieu, mais nous sommes prêts à les rencontrer en tout temps», soulève la porte-parole Annie LeGruiec.

Rappelons que les citoyens de l’île dénoncent notamment les coûts élevés obligés des rénovations, les nombreux constats d’infraction émis par le Ministère et le manque d’information transmise.

À LIRE AUSSI: Des citoyens de l’île d’Orléans excédés par le ministère de la Culture

«Si on nous avait vraiment offert une rencontre, c’est évident qu’on y aurait participé, pour essayer de trouver des solutions qui répondraient à la fois aux besoins liés à la protection du patrimoine et aux réalités des citoyens. On attend juste ça», indique une porte-parole du Regroupement de citoyens du site patrimonial de l’île d’Orléans, Jeanne d’Arc Delisle. 

Mme Delisle essaie elle-même d’entrer en contact avec le Ministère depuis le début des démarches du regroupement. Elle a transmis au Soleil plusieurs lettres envoyées au cabinet de la ministre Nathalie Roy demandant une rencontre, l’une d’elles étant datée de décembre 2018, celles-ci seraient toutes restées sans réponse. Mme Delisle devrait pouvoir parler avec la direction régionale du Ministère jeudi en avant-midi. 

Propos «méprisants»

Le Regroupement de citoyens avait jugé «inacceptable» la réponse qu’il avait reçue à leur plainte, formulée en mai. Mme LeGruiec assure par contre que la plainte a été traitée de la même façon que toutes les autres plaintes.

«Elle a été traitée comme le prévoit le processus de traitement des plaintes et des commentaires, c’est-à-dire avec attention, de façon confidentielle et impartiale.»

Dans la réponse, transmise par la secrétaire générale et directrice au bureau de la sous-ministre, Julie Lévesque, le Regroupement avait l’impression «qu’on se fichait» de leurs problèmes et qu’il y avait un «manque d’empathie».

«La réponse du ministère à la plainte est critiquée sur la place publique, mais ce n’est pas la voie que l’on privilégie. On va continuer à échanger avec le Regroupement sur les points qui ne les satisfont pas en personne», ajoute aussi Mme LeGruiec. 

Et ce Plan de conservation?

Mme LeGruiec rappelle que le Plan de conservation du site patrimonial de l’île d’Orléans rendu public en 2017, qui comprend les obligations irritantes pour les citoyens, a été élaboré à la suite d’échanges avec les élus et les citoyens de l’île d’Orléans.

«Le Ministère va continuer ces échanges avec les principaux acteurs pour améliorer nos pratiques», indique également Mme LeGruiec.

Par ailleurs, le Ministère a aussi informé Le Soleil qu’il travaillait de concert avec la MRC afin d’établir les modalités d’application d’un nouveau programme d’aide financière destiné à soutenir les propriétaires de biens patrimoniaux de l’île d’Orléans. Un programme comme tel est déjà sur pieds pour les citoyens de l’île, il pourrait donc se voir bonifier. 

«Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’on n’est pas contre le Plan de conservation, on en a plus contre la façon dont le ministère l’applique», termine Jeanne d’Arc Delisle. 

Une somme versée pour le programme de restauration

La ministre Nathalie Roy ne commentera pas la plainte formulée à l’endroit de son Ministère, ni la réponse envoyée par celui-ci. 

Cependant, son attachée de presse est en mesure de confirmer que des échanges ont bien lieu entre elle et les différentes parties prenantes de l’île d’Orléans.

En février dernier le Conseil des ministres a adopté un décret pour soutenir les propriétaires de biens patrimoniaux de l’île d’Orléans. Une somme de 2061 000 $ sera versé à la MRC pour établir le nouveau programme d’aide à la restauration, mentionné plus haut.

La ministre a aussi demandé au Conseil du patrimoine culturel du Québec d'analyser certains cas citoyens précis afin d’obtenir un portrait de la situation actuelle et de formuler des recommandations.