Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Manoir Liverpool de Lévis
Le Manoir Liverpool de Lévis

Le Manoir Liverpool vendu au Groupe Ébèn 

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les exploitants du Manoir Liverpool ont finalement vendu l’établissement pour aînés de Lévis au Groupe Ébèn.  

Le Manoir Liverpool, dans la tourmente depuis la première vague de COVID-19 pour des manquements révélés à la qualité des soins offerts aux usagers par une enquête menée par le CISSS de Chaudière-Appalaches, sera désormais la Résidence Saint-Antoine.

Le Groupe Ébèn, spécialisé dans les «résidences avec soins», s’est porté acquéreur de l’établissement pour aînés de Lévis, a-t-il annoncé mercredi dans un communiqué.

Il possède déjà une dizaine d’autres résidences incluant quatre ressources intermédiaires, dont la majorité sont situées dans la grande région de Québec.

«Au cours des derniers mois, en collaboration avec le personnel du CISSS de Chaudière-Appalaches, beaucoup d’efforts ont été déployés […] afin de répondre aux exigences du MSSS», écrit-on.

Pas de relocalisation des usagers

La transaction permettra aux usagers actuels de demeurer au sein de la résidence.

En février, le CISSS de Chaudière-Appalaches annonçait la résiliation de ses ententes en ressource intermédiaire évaluées à 6,6 M$ avec le Manoir Liverpool. Les propriétaires avaient déposé une demande d’injonction à la Cour supérieure, craignant entre autres que les aînés ne soient «gravement affectés» par un déménagement et que la fin des contrats publics ne fasse avorter le processus de vente de l’immeuble, déjà entamé.

Dans une décision rendue le 12 mars, la Cour supérieure tranchait en faveur du CISSS de Chaudière-Appalaches et lui autorisait à résilier ses contrats. Les 21 résidents y étant toujours hébergés auraient dès lors pu être déplacés.

À LIRE AUSSI: Échec pour le Manoir Liverpool devant la Cour supérieure

Ce ne sera finalement pas le cas, le CISSS de Chaudière-Appalaches ayant conclu des ententes avec le nouvel exploitant.

À l’issue d’une «démarche rigoureuse d’accréditation», assure le CISSS, un total de 62 places en ressources intermédiaires ont été octroyées à la Résidence Saint-Antoine pour une durée de cinq ans, avec une option de prolongation pour cinq autres années. Une vingtaine de places permettront d’accueillir une clientèle en déficience intellectuelle ou physique, le reste sera destiné à des personnes âgées.

Pour le volet résidence privée pour aînés de l’établissement, le certificat devrait être cédé au Groupe Ébèn dans les prochains jours. Les résidents actuels sont maintenus dans leur milieu d’hébergement.

Rapport d'enquête d'ici le 30 avril

Invités à commenter la nouvelle de la transaction, les vendeurs du Manoir Liverpool n’émettront pas émis de commentaires publics, nous a fait savoir une porte-parole.

Le cabinet de la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, n’a pas non plus souhaité commenter la nouvelle entourant la transaction.

Malgré la vente, l’enquête externe commandée par le gouvernement du Québec à l’endroit du Manoir Liverpool et du CISSS de Chaudière-Appalaches suit son cours, mais il n’a pas été possible d’en savoir davantage, mercredi.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux indique toutefois dans un courriel adressé au Soleil que le rapport doit être déposé «d’ici le 30 avril».

À LIRE AUSSI: Québec demande une enquête indépendante sur le Manoir Liverpool