Le chantier maritime Davie

Le maire de Lévis veut des contrats pour la Davie dans le budget fédéral

Le maire de Lévis demande au gouvernement Trudeau d’inclure dans son budget 2019 l’octroi de contrats au Chantier Davie, pour qu’il obtienne enfin sa juste part des milliards de dollars de la stratégie nationale de construction navale.

Gilles Lehouillier a rappelé que la Davie n’a obtenu en 2011 que 3% des 100 milliards $ octroyés dans le cadre du renouvellement de la flotte fédérale. Déjà, 75% des montants ont été accordés. 

En 2015, le chantier comptait 1435 employés, en plus de créer 1791 emplois indirects au Québec, et ailleurs au Canada. Cette année, il ne reste que 209 emplois directs et 352, indirects, se désole le maire. Pour lui, c’est une aberration alors que la Davie possède 50% de la capacité de la production canadienne en matière de construction navale.

En plus, il estime que les chantiers Irving Shipbuilding en Nouvelle-Écosse et Vancouver Shipyard, qui ont obtenu la part du lion dans l’octroi de contrats, ne peuvent livrer les commandes dans les temps requis. D’ailleurs, aucun des navires n’est encore complété, précise M. Lehouillier.

«Le danger, c’est que des navires soient finalement construits à l’extérieur du pays. Si aucun contrat n’est octroyé à la Davie, le fédéral aura failli à sa tâche de sauver l’entreprise», lance-t-il.

Pierre Drapeau, vice-président de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada, va plus loin. «S’il fallait terminer l’année sans aucun navire en construction (contrat) à la Davie, ça se rapproche du scandale financier.»

Le gouvernement fédéral doit présenter son budget le mardi 19 mars.