Le Centre d’entretien et d’exploitation secondaire du tramway verra le jour à l’ouest de l'avenue Duval, dans l’axe de la 41e rue, près de la rue de la Concorde.

Le garage secondaire du tramway sera situé près des autoroutes Laurentienne et Félix-Leclerc [VIDÉO]

Le conseil de quartier de Lairet a été entendu. Le Centre d’entretien et d’exploitation secondaire du tramway (CEE) verra le jour dans l’axe de la 41e rue, entre l’avenue Duval et la rue de la Concorde.

La Ville a changé son fusil d’épaule pour obtenir l’acceptation sociale du projet. Le nouveau lieu répond mieux aux besoins des citoyens et des commerçants  du secteur.

«Le CEE représentait un frein à la revitalisation du secteur. Nous avons bien entendu vos préoccupations et nous saluons votre engagement à améliorer votre milieu de vie et à assurer un développement harmonieux de votre quartier», a déclaré le maire, Régis Labeaume, lors du point de presse tenu lundi au Grand Marché, à quelques kilomètres de futur emplacement du garage secondaire. 

À l’origine, la Ville de Québec avait prévu l’emplacement du CEE sur les terrains d’Hydro-Québec sur la 41e rue, entre la 1ere avenue et la 4e avenue. Or ce secteur est résidentiel et commercial. Le Conseil de quartier de Lairet s’était alors opposé au projet et avait demandé à la Ville de revoir ses plans. 

En juin, le vice-président du conseil de quartier, Jean-François Vallée, disait que les citoyens de Lairet souhaitaient «aménager des espaces publics mixtes comme un parc, un terrain de soccer, des jardins communautaires» à la place d’un garage. 

L’administratrice Julie Tremblay-Potvin, craignait une coupure du tissu urbain. «Pour les piétons qui circulent dans l’axe nord-sud, ça va créer un détour. Dans un contexte de mobilité urbaine, ce n’est pas l’idéal», avait-elle dénoncé. 

Le conseil de quartier avait alors proposé à la Ville d’étudier la possibilité d’un aménagement plus sur la 41e rue plus l’ouest près de la rue de la Concorde sont situées les bretelles d’autoroute. 

Lundi, Mme Tremblay-Potvin s’est dite ravie de l’écoute de la Ville. 

«C’est plus logique que ce soit au bout de la 41e Rue. Ça va permettre de préserver l’espace naturel du carrefour 1ere Avenue-41e Rue», a-t-elle indiqué. 

Selon Mme Tremblay-Potvin, les secteurs Saint-Odile et Saint-Albert sont déjà enclavés par des autoroutes, une zone industrielle et une voie ferrée. «Il était important de ne pas venir ajouter au coeur du quartier une autre barrière à la vie quotidienne et aux déplacements.» Les résidents de Saint-Albert vont pouvoir continuer à accéder aux Galeries Charlesbourg par la 2e Avenue. 

Intégration harmonieuse 

La localisation du futur CEE secondaire devait se trouver près de la fin de ligne pour l’entretien, la réparation et le remisage des véhicules. La Ville a étudié les quatre terrains à l’ouest et à l’est de la 1ere avenue. 

«La construction du CEE secondaire à l’ouest de la 1re Avenue présente plusieurs avantages, dont celui de conserver le potentiel de développement immobilier à l’est, d’offrir une vélostation, une œuvre d’art et des usages publics, qui restent à déterminer avec la population», a précisé Rémy Normand, vice-président du comité exécutif responsable des transports et de la mobilité durable. 

Le bâtiment fera l’objet d’un traitement esthétique particulier, pour préserver l’harmonie avec les résidences à proximité. «Le CEE secondaire intégrera la lumière, des murs végétalisés et des matériaux propres au secteur», a expliqué M. Normand.  

Pour se rendre au garage, les tramways tourneront à gauche dans la partie nord sur une voie réservée qui leur permettra d’accéder au CEE.

Le terrain appartient à Hydro-Québec, mais M. Labeaume n’a aucune inquiétude pour entériner rapidement l’achat. 

Le CEE principal, qui servira pour l’entretien lourd, sera quant à lui situé à proximité du terminus ouest du trajet, dans le secteur Legendre.

+

LE MAIRE «PARLABLE»

La création d’un RSTC (Réseau structurant de transport en commun) vient avec de gros changements dans l’aménagement d’une Ville. Plusieurs critiques ont été énoncées comme le CEE secondaire, le secteur Pie-XII. Mais le maire assure qu’il est «parlable» et qu’il y a une «solution» à tout. 

Selon le maire Labeaume, les gens de Pie-XII ont compris les solutions que la Ville veut implanter lors d’une rencontre la semaine dernière. «S’il y a des choses qu’on peut améliorer, on va le faire», a-t-il insisté. 

«C’est ma job de rencontrer des conseils de quartier. Cette semaine, je rencontre des commerçants de la 1ere Avenue. Ils nous expliquent leurs affaires et quand c’est faisable, prix raisonnable, on le fait. On est parlable», a-t-il poursuivi. 

M. Labeaume comprend les questionnements et les inquiétudes des citoyens sur le RSTC et il promet d’arriver avec les détails prochainement et de garder sa porte ouverte si des citoyens veulent le rencontrer. 

Des assemblées publiques sont également prévues.