Le froid retarde le marquage des rues

Vous vous demandez pourquoi la Ville de Québec patiente avant de lancer ses opérations de marquage des rues où les lignes et traverses piétonnières sont effacées? Parce qu’il fait froid, qu’il pleut et que l’hiver s’est étiré!

«Pour que le marquage puisse être fait, la température doit demeurer au-dessus de 10o C la nuit et le temps doit être sec», indique sur Twitter le service des communications, interpelé par un citoyen. Celui-ci déplorait la dangerosité de la circulation automobile quand les chauffeurs ne sont pas guidés par une signalisation appropriée.

«Comptez-vous refaire le lignage au sol éventuellement dans le secteur de la colline Parlementaire?» questionnait-il. «Honoré-Mercier vers la fontaine de Tourny est assez problématique... Des gens de la voie du milieu qui continuent tout droit. Il va y avoir des accrochages.»

La mairie lui a répondu : «Une fois [les] conditions réunies, le marquage sera fait. Nous sommes prêts et interviendrons dès que possible.»

La conseillère en communication, Wendy Whittom, confirme que «les températures fraîches retardent les opérations de marquage de rue».

«Le marquage de rue est effectué une fois que le nettoyage de rue est complété, et celui-ci ne peut être fait avant la fonte complète de la neige», ajoute-t-elle. «De ce fait, la période du marquage de rue varie d’une année à l’autre. Toutefois, statistiquement, il est toujours réalisé et complété dans la période comprise entre le 15 mai et le 30 juin.»