Le changement de date de livraison du pôle d’échange Sainte-Foy, sous le futur Phare, n’aura pas d’incidence sur la mise en service du tramway en 2026, assure le maire Régis Labeaume.
Le changement de date de livraison du pôle d’échange Sainte-Foy, sous le futur Phare, n’aura pas d’incidence sur la mise en service du tramway en 2026, assure le maire Régis Labeaume.

Le financement du pôle d’échange Sainte-Foy nébuleux, selon l'opposition

Céline Fabriès
Céline Fabriès
Le Soleil
Pressé de questions par l’opposition sur le financement et la livraison du pôle d’échange Sainte-Foy sous le futur Phare, mercredi lors du comité plénier sur le tramway, le maire a finalement indiqué que le Groupe Dallaire aura l’obligation d’investir dans le pôle d’échange. Il a également admis que la date de livraison prévue en janvier 2022 sera repoussée.

Interrogé en matinée sur le financement du pôle d’échange Sainte-Foy, le directeur du bureau de projet du réseau structurant de transport en commun (RSTC), Daniel Genest, n’avait pas confirmé que le Groupe Dallaire payerait la facture. «Des discussions sont en cours entre le Réseau de transport de la Capitale et le promoteur.» Le montant envisagé dans le projet initial était évalué entre 12 et 15 millions $.

La réponse de M. Genest est apparue bien «nébuleuse» au conseiller municipal de Démocratie Québec, Jean Rousseau. «Avec l’interconnexion, le projet du Phare est sur la glace. On va avoir de grands stationnements avec moins de colonnes. En termes de structure, il y a des défis d’ingénierie. La notion de coût est nébuleuse, je ne suis pas sorti de là avec une réponse très claire», a souligné M. Rousseau, lors d’un point de presse impromptu en marge du comité plénier. 

Pôle d’échange redessiné

Avant l’obligation d’intégrer l’interconnexion avec les autobus de Lévis, le pôle d’échange devait être payé par le Groupe Dallaire, promoteur du Phare. Mais ce changement de vocation a changé les plans de la Ville et de Dallaire. On parle maintenant d’un projet «intégré». 

Le maire a répliqué, à la reprise du comité plénier dans l’après-midi, qu’il n’y avait rien de nébuleux. «On est en train de redesigner. Une fois que ça sera fait, on va reprendre les négociations avec les propriétaires du Phare», a-t-il indiqué. 

M. Labeaume assure que le Groupe Dallaire aura l’obligation d’investir une fois le coût du pôle d’échange connu. Mais pas question d’en parler sur la place publique, puisqu’il s’agit de négociations commerciales. «On va voir ce qui se passe avec le gouvernement, puis on va s’asseoir avec Dallaire pour négocier leur participation. Il aura l’obligation d’investir. Il aura avantage à investir.»

M. Labeaume a rappelé également que le ministère des Transports a pris en charge l’interconnexion avec Lévis. On ne connaît pas le coût de cette interconnexion, mais M. Labeaume a précisé que cet ajout ne fait pas partie des 3,3 milliards $ du RSTC. Le pôle d’échange sera payé par la Ville, le Groupe Dallaire et le MTQ. 

Livraison repoussée

Régis Labeaume a admis en point de presse que la date de livraison prévue en janvier 2022 et votée en comité exécutif ne sera pas respectée. «On a mis de côté la date en même temps que la décision de retarder. En passant, c’est leur [Groupe Dallaire] décision», a-t-il mentionné. 

Le changement de date, a assuré le maire, n’aura pas d’incidence sur la mise en service du tramway en 2026. «Il va falloir que le promoteur s’ajuste. Il aura l’obligation de livrer au moment où on lui dira qu’on est prêt. On n’est pas à la remorque du promoteur immobilier, c’est l’inverse», a commenté le maire, peu importe à quel moment le Phare voit le jour. 

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, n’a pas acheté les explications du maire. «Ça n’a jamais été aussi nébuleux et flou. Ce qui est surprenant, c’est qu’on est toujours obligé de poser les questions et de revenir pour réclamer des précisions», a-t-il dénoncé. «Le sommaire décisionnel stipule clairement que le partenaire doit livrer pour janvier 2022. Et là finalement, le chat est sorti du sac. La maire nous a dit qu’il refait le site.»

Le comité plénier se poursuivra jeudi.