Les militaires du Royal 22e Régiment ont fermé la marche de ce défilé clôturant le Festival international de musiques militaires de Québec.

Le Festival de musiques militaires de Québec jette l'éponge

C'est la fin définitive pour le Festival international de musiques militaires de Québec (FIMMQ). Après avoir annoncé qu'il n'y aura pas de présentation cet été, ses organisateurs jettent l'éponge, ayant perdu tout espoir d'une relance possible dans les prochaines années.
Malgré une assistance soutenue et une programmation qui s'est maintenue pendant 15 ans, le FIMMQ en est venu à cette conclusion: il n'a plus d'argent pour continuer.
L'organisation du FIMMQ avait été mise à mal par la baisse substantielle de l'aide fédérale ces dernières années.
En octobre, ses organisateurs ont expliqué qu'une chute de l'aide financière du ministère de la Défense nationale depuis 2011 a créé un trou de 600 000 $ sur son budget de 3,3 millions $. Le FIMMQ s'était résigné à ne pas tenir d'événement en 2014, en attendant de voir si une relance était possible pour 2015.
Or, le ministre de la Défense, Rob Nicholson, a confirmé dans une lettre en février qu'Ottawa ne changera pas d'idée.
«C'est une décision d'affaires», a expliqué en entrevue au Soleil président du C. A. du Festival, Marco St-Pierre. «On dissout l'organisation pour ne pas faire faillite. Tout le monde a été payé.» S'il ne cache pas une certaine tristesse, M. St-Pierre assure que l'équipe ferme les livres avec un sentiment de fierté. «On est fiers de nos 200 000 visiteurs et de nos retombées de 11 millions $ par an», a-t-il dit.
Déception à la Ville
Ces derniers mois, les responsables du FIMMQ ont demandé de l'aide à la Ville de Québec à l'heure où l'administration Labeaume veut justement valoriser le patrimoine militaire de la région. Ils ont rencontré la conseillère responsable des grands événements, Julie Lemieux à la fin février. «Mais la Ville ne peut pas de substituer au gouvernement fédéral», a reconnu M. St-Pierre.
«C'est une nouvelle qui nous attriste parce que c'était un événement apprécié de la population», a pour sa part réagi l'attaché de presse de Régis Labeaume, Paul-Christian Nolin.