«Je souhaite que l'on puisse conclure ça dans les prochains jours et annoncer ça cette semaine. Ce serait extraordinaire», a affirmé le maire de Québec.

Le dossier de l'Institut nordique pourrait se conclure sous peu

Le dossier du financement du nouvel Institut nordique du Québec (INQ), à l'Université Laval, pourrait se conclure dans les prochains jours, a annoncé, dimanche soir, le maire Régis Labeaume.
«Je souhaite que l'on puisse conclure ça dans les prochains jours et annoncer ça cette semaine. Ce serait extraordinaire», a affirmé le maire de Québec, de passage au Musée de la civilisation pour la réception de bienvenue du forum de l'Artic Circle.
L'INQ a officiellement lancé ses activités le 1er novembre, à l'Université Laval. Le biologiste et océanographe Louis Fortier a été nommé à sa tête et trois chaires de recherche ont été lancées. Le réel projet de l'institution, en partenariat avec l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) et l'Université McGill, est cependant la construction d'un tout nouveau pavillon sur le campus qui abriterait plusieurs dizaines de chercheurs du monde nordique, des sommités de la recherche en environnement, climat et santé des peuples autochtones du Nord. 
Le gouvernement provincial s'est engagé à la hauteur de 30 millions $ pour la construction du pavillon, et l'Université Laval demande la même somme au fédéral depuis plusieurs années pour boucler le financement du projet d'une valeur totale de 75 millions $. Régis Labeaume en avait d'ailleurs fait un des trois points de sa «liste d'épicerie», en juin 2015, en prévision des élections fédérales. 
«On travaille très fort pour conclure le dossier de l'Institut nordique. Ce n'est pas pour rien qu'on a poussé sur le dossier lors de la dernière campagne électorale fédérale», a expliqué le maire de Québec, dimanche soir.
«Ce serait un institut de niveau international. On a de la connaissance à l'Université Laval qui est incroyable. Sauf que là, on n'a pas les moyens de la valoriser.»