Audience du BAPE sur le projet de tramway de Québec, le 6 juillet dernier
Audience du BAPE sur le projet de tramway de Québec, le 6 juillet dernier

Le dossier d’affaires du tramway de Québec est rendu public, sans les mises à jour

Le BAPE a rendu public jeudi le dossier d’affaires du tramway malgré l’opposition de la Ville de Québec.

Reste maintenant à savoir si le degré de précision des coûts estimés profiteront aux consortiums intéressés à soumissionner comme craint le maire de Québec. Surtout que le dossier diffusé n’inclut pas la mise à jour du projet de 3,3 milliards $ annoncée à la fin juin.

L’imposant document et ses annexes totalisent 1300 pages. Ils ont été mis en ligne sur le site internet du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). La Ville avait fait des représentations pour que le BAPE le garde confidentiel. Régis Labeaume s’inquiète du fait que la Ville se retrouve sans marge de négociations face aux consortiums qui disposent désormais des estimations de la Ville pour chaque poste budgétaire de la conception, de la construction et de l’entretien du tramway et de son tracé.

D’entrée de jeu, il faut dire que la majorité des éléments du dossier d’affaires sont déjà connus. Des informations diffusées au fil du temps. Mais plus important encore, il faut dire que le dossier mis en ligne n’inclut pas la mise à jour du projet annoncé le 29 juin. On y trouve toujours l’estimation des coûts en fonction de la construction d’une ligne de trambus, de liens mécaniques entre la basse-ville et la haute-ville et d’un centre d’entretien secondaire sur la 41e rue. Pourtant, ces éléments ont été retirés du projet tout comme le tunnel sous Le Phare qui, à l’époque, devait servir de pôle d’échanges pour l’ouest de la Ville.

Le 29 juin, la Ville annonçait que la facture du tramway gonflait de 700 millions $. Pour respecter l’enveloppe de 3,3 milliards $, l’administration Labeaume décidait de remplacer le trambus par des métrobus dans l’axe est-ouest de la Ville pour une économique équivalant à la hausse du coût du tramway.

«Je reste sur mon appétit, lance le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau. Premièrement, c’est une vision qui date de 2019. J’essaie de décortiquer les coûts, mais ce n’est franchement pas facile. C’est des généralités. J’aurais aimé obtenir le coût tronçon par tronçon. Avec ça, je ne vois pas rien de compromettant pour les soumissions», ajoute-t-il, tout en se demandant ce que le maire pouvait lui-même considérer comme la diffusion d’informations critiques.

«Il n’y a rien là-dedans qui pourrait compromettre les appels d’offre, renchérit Jean-François Gosselin, chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville. Tout comme mon M. Rousseau, il est surpris de constater que la Ville dépose un plan d’affaires sans y avoir fait les mises à jour.»

«C’est surprenant de voir que le document date d’il y a six mois. On fait mention du trambus à 142 reprises alors qu’il n’est plus du projet. On parle des deux tunnels, du phare… L’information n’est pas à jour et ça manque de sérieux. Je ne comprends pas», s’étonne celui dont la formation politique, Québec21, déposera un mémoire en août devant le BAPE.

Par courriel, la Ville répond que «compte tenu du changement de portée annoncé en juin 2020, un travail important de mise à jour du dossier d’affaires est en cours. Cette version actualisée sera finale et transmise au gouvernement dans quelques mois, soit au début de l’année 2021».

En septembre, la Ville annoncera quels consortiums parmi les trois en lice se sont qualifiés pour soumissionner sur la conception, la construction, le financement et l’exploitation du tramway. Le maire souhaite connaître à l’été 2021 le nom du consortium retenu.