Même si la conception des plans et devis ne se fera que dans plusieurs mois, la Ville et le RTC s’activent déjà pour la mise en place du réseau qui comprend 23 kilomètres de tramway et 17 km de trambus, deux nouvelles composantes qui s’ajoutent aux Métrobus et aux autobus.

Le coup d'envoi officiel du tramway est donné

Trois cent soixante. Rappelez-vous ce numéro de règlement. C’est celui qui aura donné le coup d’envoi officiel à l’implantation d’un tramway dans la capitale.

Le comité exécutif de la Ville de Québec a adopté, mercredi, le règlement d’emprunt numéro 360, autorisant le Réseau de transport de la Capitale (RTC) à dépenser 215 300 000 $ pour la réalisation des plans et devis du projet de réseau de transport collectif structurant.

Le gouvernement du Québec remboursera le RTC sur présentation des dépenses à même le montant réservé en avril dans le cadre de son plan d’action de la politique de mobilité durable. De cette somme, 150 millions $ sont attribués aux services et horaires professionnels. Une autre somme de 33 millions $ servira aux ressources humaines internes et quelque 28 millions $ sont prévus en contingence.

Dans son plan initial, la Ville prévoit commencer les travaux d’implantation du tramway en 2021. La mise en service complète est prévue en 2026. Le coût total s’élève à 3 milliards $, provenant d’Ottawa et Québec dans une proportion de 60-40. 

«On voulait faire ça [le règlement d’emprunt] avant les vacances pour déclencher le processus au moment opportun», se réjouit le président du RTC, Rémy Normand, précisant que cet argent ne sera pas utilisé demain matin. 

Encadrement

Avant de passer aux plans et devis, il faut encadrer la méthode de travail de la Ville et du RTC et identifier les responsabilités et compétences de chacun, ajoute-t-il. 

«Tout le travail d’organisation, de structure et de gouvernance, c’est ça qu’on est en train de faire avant même les plans et devis. Par exemple, la Ville est une experte dans ses travaux d’infrastructures. Tout ce qui a trait au sous-sol, elle le connaît au mètre près, mais elle n’a jamais fait de rails. Donc, il faut trouver du monde pour se faire accompagner dans le processus. Quand on va partir, on va être solide sur notre base. On va savoir exactement comment on va le faire», explique-t-il. 

Même si la conception des plans et devis ne se fera que dans plusieurs mois, la Ville et le RTC s’activent déjà pour la mise en place du réseau qui comprend 23 kilomètres de tramway et 17 km de trambus, deux nouvelles composantes qui s’ajoutent aux Métrobus et aux autobus.

«C’est déjà commencé, rappelle M. Normand. Il y a des gens qui font de l’arpentage un peu partout. On n’a pas besoin d’un grand financement pour partir ça. Il ne faut pas oublier qu’il y avait déjà un bureau d’études. Comme il y a eu des changements de parcours et qu’on ne passait pas sur René-Levesque, il y a des bouts [de routes] qu’il faut continuer à documenter.»

Le président ne sait pas quand pourra débuter officiellement le travail de plans et devis. Chose certaine, il souhaite faire bien les choses. «Il faut que ça aille vite, mais il ne faut pas que ça aille tout croche», conclut-il.