Le complexe aquatique de Lévis compromis, déplore Lehouillier

Le projet de complexe aquatique à Lévis est compromis par le fédéral, selon Gilles Lehouillier.
Le maire de Lévis s'est dit «très déçu» et étonné d'apprendre que les équipements de loisir ne feraient pas partie du prochain programme d'infrastructures du fédéral, tel que le rapportait Le Soleil samedi.
D'autant plus que la nouvelle tombe au moment où Lévis souhaite aller de l'avant avec la construction d'un nouveau complexe aquatique et d'un centre communautaire à Saint-Nicolas. Un projet estimé à 30 millions $.
M. Lehouillier n'a pas caché sa frustration devant la décision d'Ottawa confirmée par Denis Lebel, ministre fédéral responsable du Québec. «Ça a de grosses conséquences. Ça compromet le projet et ça nous demande de réviser notre façon de faire», a-t-il commenté dimanche.
Vendredi, M. Lehouillier, qui a fait de la construction du complexe aquatique une promesse électorale, se montrait optimiste. Il disait avoir eu l'assurance de la ministre responsable de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, Agnès Maltais, qu'elle comptait inscrire le projet dans le cadre du programme d'infrastructures Canada-Québec. Mais voilà que la donne change si le projet n'est plus admissible aux subventions du fédéral.
Plan B
S'il ne peut compter sur l'appui d'Ottawa, Gilles Lehouillier espère conclure une entente avec le provincial pour aller de l'avant quand même. L'option serait de partager la facture 50-50 avec le provincial pour la construction du complexe aquatique uniquement. Le coût total serait alors révisé à 22 millions $. Le centre communautaire serait quant à lui construit plus tard.
Le cabinet de Mme Maltais ne pouvait s'avancer sur les montants qu'elle pourrait offrir à la Ville de Lévis, précisant que les montages financiers étaient toujours à faire.
Avant de passer au plan B, la Ville de Lévis tentera au minimum d'obtenir des subventions pour la construction du centre communautaire, à défaut de pouvoir essayer avec le complexe aquatique.