Selon le Comité de vigilance des activités portuaires, le projet Laurentia aura «des conséquences néfastes, et ce, tant sur la santé et la qualité de vie des citoyens que sur la biodiversité».
Selon le Comité de vigilance des activités portuaires, le projet Laurentia aura «des conséquences néfastes, et ce, tant sur la santé et la qualité de vie des citoyens que sur la biodiversité».

Le comité de vigilance des activités portuaires opposé au projet Laurentia

Normand Provencher
Normand Provencher
Le Soleil
Le Comité de vigilance des activités portuaires (CVAP) endosse les conclusions de l’Agence d’évaluation d’impact du Canada et s’oppose à l’agrandissement du Port de Québec. Selon l’organisme, le projet Laurentia aura «des conséquences néfastes, et ce, tant sur la santé et la qualité de vie des citoyens que sur la biodiversité».

«Nous considérons que l’apport économique ne peut justifier la détérioration de la qualité de vie de milliers de citoyens», estime dans un communiqué le comité, qui fait sien le rapport provisoire de l’Agence estimant que le projet contribuerait à augmenter l’émission de contaminants atmosphériques qui exposeraient les habitants des quartiers riverains «à des sources de contaminations qui dépassent les normes environnementales exigées».

«Nous considérons que l’apport économique (de Laurentia) ne peut justifier la détérioration de la qualité de vie de milliers de citoyens», avance-t-on.

Le comité fera connaître «leurs arguments et leurs opinions défavorables» dans un mémoire qui sera déposé d’ici le 16 décembre.