Une source soutient que le potentiel partenaire devra assurer la mission que s’était donnée Le Cercle ces 10 dernières années, soit d’avoir une sensibilité «pour la culture émergente et les artistes locaux».

Le Cercle: une vocation à sauvegarder

Si elle n’a pu sauver l’entreprise, la direction du complexe Le Cercle tente toujours de sauver la vocation de la salle de spectacle.

Une source près du dossier a expliqué au Soleil que le processus de faillite éventé plus tôt cette semaine n’était pas encore «définitif». La direction rencontrerait toujours des acheteurs potentiels pour le resto-bar-spectacles de la rue Saint-Joseph, dans Saint-Roch. 

Cette même source soutient que l’objectif principal est de trouver le partenaire qui pourra assurer la mission que s’était donnée Le Cercle ces 10 dernières années. La direction souhaite que ceux qui prendront les commandes auront une sensibilité «pour la culture émergente» et «les artistes locaux», a indiqué cette source. 

De nouveaux joueurs

Le processus de faillite, qui a en quelque sorte été coulé mardi après avoir été annoncé par la direction sur une page Facebook privée réservée aux employés du Cercle, ne devait pas être médiatisé de cette façon. La situation ne serait toutefois pas complètement négative, puisque des acheteurs supplémentaires se seraient manifestés dans la foulée, nous a-t-on expliqué.

La direction du Cercle a livré un message à ses employés, mercredi, qui va dans le même sens que les informations fournies par notre source. «On entre en protection de faillite. On va continuer d’opérer la salle de spectacle jusqu’au 31 [décembre]. [...] On discute avec de nouveaux acheteurs potentiels», était-il écrit. 

Gestev muette

Diverses sources ont indiqué que des entreprises comme Gestev et Vidéotron (les deux appartiennent à Québecor) étaient dans le décor jusqu’à tout récemment. Il a cependant été impossible de savoir si ces joueurs étaient toujours dans les pourparlers. 

Patrice Drouin, patron de Gestev, a préféré ne pas commenter la situation actuelle du Cercle. Il a toutefois confirmé que des discussions ont eu lieu par le passé, notamment en 2015. «Le Cercle était intéressé à avoir un partenariat plus élaboré avec nous. […] On a eu diverses rencontres», a dit M. Drouin. Rien de concret ne s’est toutefois établi.

Joint par Le Soleil au sujet de Gestev, Bruno Bernier a dit ne pas vouloir «commenter le passé». Il a indiqué qu’une annonce plus concrète aurait lieu en début de semaine prochaine quant à la situation de son entreprise.

En attendant, Le Cercle continuait vendredi de publier des avis sur sa page Facebook pour informer le public de ce qu'il adviendra des spectacles en 2018. Certains concerts ont déjà été déménagés. Le Cercle confirme que les billets demeurent pour l’instant valides et que les spectacles annulés seront remboursés.