Québecor n'a pas donné de détails sur les objectifs ou les cibles derrière les mouvements de personnel et les décisions prises ces dernières semaines.

Le Centre Vidéotron, toujours prêt pour 18 000 personnes

À partir de maintenant, chaque évènement tenu au Centre Vidéotron entraînera le déploiement du maximum de policiers et de préposés au stationnement pour permettre une entrée et une sortie dans l'ordre. Qu'importe le nombre de spectateurs attendus. Le maire Régis Labeaume a trouvé la solution, mais refile la facture à Québecor.
Le maire de Québec a répété plusieurs fois, vendredi, qu'il était «tanné» de se faire parler des problèmes de circulation et de stationnement autour du nouvel amphithéâtre.
«J'ai informé Québecor ce matin que tous les évènements à partir de ce soir, nous allons mettre tout le personnel nécessaire comme si c'était rempli au total, au complet, à 18 000 personnes», a annoncé Régis Labeaume lors d'une mêlée de presse à la sortie d'un restaurant Normandin où il s'était rendu pour manger et serrer des mains.
À ce jour, la pratique voulait plutôt que Québecor informe la Ville du nombre de billets vendus et que le nombre de policiers et de préposés au stationnement soit ajusté en fonction de la foule. L'information était partagée lors d'un comité hebdomadaire et actualisée le jour même.
Il y a tout de même eu de longues files d'automobiles mercredi, lors du match de hockey des Canadiens de Montréal. Les orages ont incité les gens à se garer plus près de l'amphithéâtre plutôt que dans les rues environnantes, a fait valoir jeudi le vice-président du comité exécutif, Jonatan Julien. Le maire a ajouté vendredi que le nombre de spectateurs soumis par Québecor n'était pas le bon. Environ 10 000 personnes étaient attendues et il en est venu 30 % plus, a-t-il noté.
M. Labeaume a rappelé que l'entente de gestion du Centre Vidéotron prévoit que Québecor conserve les revenus des stationnements, mais rembourse à la Ville de Québec et à ExpoCité les dépenses encourues pour les exploiter. La facture pour le personnel supplémentaire sera donc envoyée à Québecor. Le montant du supplément n'est pas connu à ce jour.
«On ne va prendre aucune chance parce que moi, je suis un peu tanné de prendre sur nous autres ce qui se passe là», a laissé tomber le maire.
Plusieurs matchs des Remparts, principal locataire du Centre Vidéotron, et certains spectacles, comme Arcade Fire récemment, ne font pas salle comble. M. Labeaume ne s'émeut pas pour autant que son partenaire paie plus que ce dont il a besoin. «Ça tombe toujours sur mon bureau. C'est toujours la Ville qui est critiquée alors la Ville est un peu tannée de se faire critiquer pour de choses qu'elle ne contrôle pas», a-t-il martelé.  
L'élu a profité de sa tribune pour dire aux citoyens d'utiliser le stationnement à l'est, souvent moins achalandé. Il n'a pas spontanément parlé des navettes du Réseau de transport de la Capitale (RTC), mais a reconnu leur utilité.
M. Labeaume a aussi relevé, photocopies à l'appui, que certains billets de hockey émis par Evenko fixaient l'heure du match à 19h30 alors qu'il a débuté une demi-heure plus tôt. «Je sais pas ce qui s'est passé, mais on peut pas contrôler ça, nous autres», a-t-il dit.
Dans une déclaration publiée quelques heures après la sortie du maire, Québecor a répliqué que les détenteurs des 3000 billets vendus au moment du changement d'heure ont été prévenus deux fois par Ticketmaster.
Quant à la nouvelle procédure pour le stationnement, l'entreprise n'a pas dit si elle était en accord ou en désaccord. «Nous souhaitons que les clients du Centre Vidéotron accèdent le plus rapidement possible au site et au stationnement. C'est un élément important qui contribue à offrir une bonne expérience client. Nous sommes préoccupés par les difficultés vécues par nos clients mercredi soir dernier», s'est-elle contentée de noter.
Réactions
En fin d'après-midi, la candidate à la mairie Anne Guérette a déploré la sortie du maire. «C'est encore une réaction exagérée, une décision précipitée à un problème simple, qui aurait dû être réglé depuis deux ans et surtout planifié depuis cinq ans» en même temps que la construction de l'amphithéâtre, a-t-elle déclaré.
Mme Guérette se demande pourquoi l'administration Labeaume n'a pas discuté avec son partenaire Québecor au lieu de l'informer d'une solution qui pourrait entraîner des dépenses inutiles, selon elle. «Est-il en train de s'embarquer dans un nouveau conflit?» a demandé la chef de l'opposition et candidate à la mairie.
Québec 21 a pour sa part analysé que le maire de Québec mettait la faute sur le dos des employés d'ExpoCité. Mario Hudon, candidat responsable des dossiers de circulation, a proposé de transformer la rue Soumande à sens unique pour accommoder le trafic lors d'évènements courus.
***
Petit dîner entre politiciens
Rencontre fortuite, vendredi midi, au restaurant Normandin du boulevard Père-Lelièvre. Le maire Régis Labeaume avait donné rendez-vous aux médias sur le coup de midi pour répondre à quelques questions et être filmé en train de distribuer des poignées de mains dans un lieu qu'il dit considérer «comme chez nous».
La candidate de Québec 21 Bianca Dussault, qui se présente dans le district Val-Bélair, est arrivée sur les entrefaites. Mme Dussault a expliqué que son mari était gérant du restaurant. Il lui arrive donc souvent d'y prendre le lunch. «Je connais tout le monde ici», a-t-elle souligné, avant de s'attabler avec sa directrice de campagne.
Surpris par cette apparition, mais gardant le sourire, le maire Labeaume a dû se résigner à serrer une main de plus.