La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil

Le Centre multiethnique de Québec retrouve son budget

Moins de 24 heures après la diffusion de la nouvelle que le Centre multiethnique perdait le quart de son budget, la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a annoncé que celui-ci serait rétabli.
C'est la porte-parole de l'opposition en matière d'immigration et de communautés culturelles, la députée péquiste Carole Poirier, qui avait soulevé cette question mercredi en chambre tout en dénonçant ces coupes.
Dans les pages du Soleil, la directrice du Centre, Dominique Lachance, avait déploré cette amputation dans son budget au moment où l'ambiance est «morose» dans la Capitale-Nationale et où une montée de la droite se fait sentir. Celle-ci avait appris en juin que son budget serait diminué du quart, soit de 260 000 $, puisque les sommes provenant du programme Réussir l'intégration seraient rétablies à celles de 2013, soit avant l'arrivée importante de réfugiés syriens.
Selon Mme Lachance, cela était inconcevable puisque les personnes arrivées en 2015 et 2016 étaient toujours à Québec et avaient besoin, plus que jamais, de services.
La ministre de l'Immigration avait expliqué mercredi que les montants étaient calculés en fonction du nombre de réfugiés pris en charge et qu'il s'agissait d'une formule établie depuis longtemps.
Mais Mme Veil s'était dite sensible à l'argument que les réfugiés arrivés massivement ont toujours besoin d'aide et conséquemment, elle avait demandé à son ministère de réviser la décision, mais n'avait pas encore reçu de réponse.
Jeudi, le discours avait changé alors que cette dernière a affirmé sur les ondes de Radio-Canada que «la solution a été trouvée il y a quelques jours, donc le budget va être ajusté».  
«La bonne nouvelle, c'est qu'ils vont avoir un financement additionnel appréciable pour refléter leur charge de travail. C'était ce qui était à faire alors qu'ils sont en train de changer les normes du programme», a-t-elle expliqué, ajoutant que le budget des 12 autres organismes dans la même situation serait revu.