Lors de la consultation de septembre 2011, la Ville de Lévis parlait d'une mise en service du centre de compostage en 2013.

Le centre de compostage sur la glace à Lévis

Le projet de centre de compostage à Lévis est sur la glace. Plus de deux ans après avoir acheté les terrains, la Ville continue de faire traiter les matières compostables par le privé.
La Ville avait mené en septembre 2011 une consultation publique sur l'implantation d'un centre de compostage à Saint-Étienne. Au cours de cette rencontre, on parlait d'une mise en service en 2013. Depuis, plus de nouvelles.
Jeudi, le conseiller Guy Dumoulin, président de la Régie intermunicipale de gestion des déchets des Chutes-de-la-Chaudière, a affirmé que la décision n'avait pas encore été prise quant à l'installation dont la Ville souhaite se doter.
«Le travail d'évaluation du projet est toujours en marche. Les terrains sont réservés. Il nous reste à voir comment on le met en application», a fait savoir M. Dumoulin.
En attendant, Lévis continue d'envoyer les matières compostables recueillies dans les bacs bruns au centre de Saint-Henri.
Si le processus prend autant de temps, c'est que d'autres avenues sont apparues. «Entre-temps, il y a d'autres scénarios qui sont arrivés et qu'on étudie. On veut être sûrs de faire le bon choix, tout simplement.»
Biométhanisation étudiée
Outre le compostage, la biométhanisation est une avenue qui est étudiée. Le maire de Saint-Lambert-de-Lauzon, François Barret, affirme qu'il ne faut pas oublier que d'autres solutions techniques tel le traitement au plasma commencent à poindre et qu'il faudra les étudier.
«Nous allons choisir une solution qui va nous permettre d'agir d'ici une couple d'années, maximum», a renchéri le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.
Par ailleurs, la municipalité a dressé jeudi le bilan de son plan de gestion des matières résiduelles. Elle se réjouit que 54 % des déchets produits par ses citoyens soient valorisés, c'est-à-dire qu'ils ne finissent pas à l'enfouissement ou à l'incinérateur. Mais, convient M. Lehouillier, les commerces, les institutions et les industries auront à leur tour leur effort à faire, surtout en matière de compostage. «Si on veut que les courbes continuent à augmenter, il faut s'attaquer à ce marché-là. C'est le marché visé au cours des prochaines années.»