Le bassin Louise voit partir ses pêcheurs

Le Village Nordik aménagé sur le bassin Louise a fermé ses igloos, dimanche, après huit semaines de pêche blanche avec vue sur le Vieux-Québec. L'événement reviendra assurément l'an prochain.
Ce n'est pas faute de glace que l'activité hivernale a pris fin, mais bien parce que le coeur du public y est moins. Le beau temps des derniers jours fait rêver davantage aux semis qu'aux poissons cachés sous la glace. Et puis le soleil de mars a la fâcheuse habitude de transformer la neige et la glace en «slush» dans les allées très fréquentées.
L'organisatrice Jade-Éva Côté-Rouillard qualifie cette première année d'activités de «très concluante». Le Village Nordik calcule que 35 000 visiteurs ont foulé le site en huit semaines, mais n'était pas en mesure, dimanche, de dire combien se sont réellement adonné à la pêche. 
Si le concept de la pêche en ville est là pour rester, un bilan sera néanmoins réalisé pour cibler les améliorations possibles. Il est déjà question d'offrir des forfaits pour les groupes et particulièrement les familles. Il pourrait également y avoir plus d'igloos, fort populaires pour taquiner le poisson à l'abri des éléments. 
Il est évidemment impossible d'avoir le contrôle sur la météo. L'hiver qui s'achève a été plus pluvieux que froid, ce qui a compliqué l'entretien de la patinoire et peut-être éloigné quelques pêcheurs. Mais comme le dit Mme Côté-Rouillard, «chaque hiver aura son lot de problèmes» et le froid intense n'est pas nécessairement plus profitable.