Des militants souverainistes, dont Luc Archambault, ont souligné hier le 252e anniversaire de la bataille des plaines d'Abraham.

L'artiste Luc Archambault plaide pour un Moulin à paroles récurrent

L'artiste et militant souverainiste Luc Archambault aimerait voir le Moulin à paroles, cet événement tenu en 2009 pour commémorer le 250e anniversaire de la bataille des plaines d'Abraham, revenir chaque année.
Avec quelques acolytes, M. Archambault a choisi de souligner samedi le 252e anniversaire de la bataille et le deuxième anniversaire de ce grand spectacle oratoire où diverses personnalités ont lu durant 24 heures des textes ayant marqué l'histoire du Québec.
En compagnie de l'économiste Éric Gourdeau et d'autres militants souverainistes, il a donc fait la lecture de textes choisis devant une poignée de militants réunis devant l'Assemblée nationale.
«C'est un bien modeste moulin à paroles que nous faisons aujourd'hui, mais il est important pour nous de souligner l'histoire et d'en tirer des leçons. Ce serait une bonne chose que cet événement revienne à chaque année sur les Plaines. Sébastien "Batlam" Ricard de Loco Locass, qui était l'un des initiateurs du Moulin à paroles, nous appuie dans notre démarche», a-t-il commenté.
M. Archambault préconise une méthode un peu différente pour que le Québec puisse devenir un pays. Il souhaiterait voir le gouvernement du Québec s'engager à invalider l'État canadien parce que le Québec n'a jamais ratifié la Constitution. «Il se créerait ainsi un vide étatique qui serait comblé par un nouvel État québécois qui aurait une vraie base démocratique», résume-t-il.