L’Armée du Salut fermera ses services d’hébergement

PRIMEUR / Évoquant des difficultés financières, l’Armée du Salut fermera ses services d’hébergement du Vieux-Québec à la fin du mois de juillet, a appris Le Soleil. À défaut de trouver un ou des repreneur(s) pour poursuivre la mission de l’organisme, ce sont près de 80 lits destinés aux hommes et aux femmes en difficulté ou à risque d’itinérance qui disparaîtront.

La trentaine d’employés de l’Hôtellerie pour hommes, située dans la côte du Palais, et de la Maison Charlotte, qui a pignon sur la rue McMahon, ont été avisés mercredi de la fermeture à venir, a indiqué au Soleil la directrice des communications de l’Armée du Salut pour le Québec, Brigitte St-Germain.

Le problème, selon Mme St-Germain, c’est que l’Armée du Salut ne serait plus en mesure de soutenir financièrement les coûts d’opération des deux hôtelleries, qui s’élèvent à environ 650 000 $ par année. L’organisation n’est pas admissible aux subventions du Programme de soutien aux organismes communautaires, sa structure ne répondant pas aux critères, explique-t-elle. 

«Ça fait plusieurs années qu’on veut avoir ces subventions, mais c’est refusé parce que le conseil (de direction) de l’Armée du Salut est à Toronto. Il y en a un par pays, et le nôtre est à Toronto», dit la porte-parole de l’organisme international.

Selon Brigitte St-Germain, l’Armée du Salut, qui compte sur la générosité de la population pour mener à bien sa mission, n’a eu d’autre choix que d’opter pour la fermeture de ses deux hôtelleries du Vieux-Québec. 

«On ne peut pas continuer, il y a trop de déboursés annuels qu’on n’est plus capable de soutenir. Ça fait un bout qu’on travaille avec le CIUSSS [Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux] de la Capitale-Nationale, la Ville de Québec et la Société d’habitation du Québec pour trouver une solution de rechange afin que la ressource reste ouverte. On essaie de trouver un organisme qui reprendrait le programme» de l’Armée du Salut, précise Mme St-Germain. 

Fondée en 1958, l’Hôtellerie de l’Armée du Salut offre un service d’hébergement et de maintien en logement pour les hommes. Elle compte une cinquantaine de places d’hébergement et une douzaine de lits d’urgence. Quant à la Maison Charlotte, elle a ouvert ses portes en 1998 et compte 18 lits pour les femmes en difficulté. Les deux ressources sont toujours pleines, selon Brigitte St-Germain.

Les autres services offerts par l’Armée du Salut à Québec ne sont pas concernés par la fermeture, assure la porte-parole de l’organisation.

Sous le choc, les employés touchés, qui se sont syndiqués quelques mois après l’arrivée il y a trois ans du nouveau directeur général de l’Hôtellerie pour hommes de l’Armée du Salut, Andy Albert, se rencontreront lundi pour «faire le point sur les perspectives et regarder les options», a indiqué la présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CSN), Ann Gingras. 

Au CIUSSS de la Capitale-Nationale, on affirme être «en train d’étudier différents scénarios très intéressants avec les partenaires pour l’hébergement des personnes en situation d’itinérance». «Plusieurs belles annonces s’en viennent très prochainement», a indiqué la porte-parole Annie Ouellet.