L’année politique municipale en citations

2017 aura été une année forte en politique municipale, avec la réélection de Régis Labeaume, l'avènement de Québec 21 et d'une opposition plus forte à l'hôtel de ville, puis la démission d'Anne Guérette, de Démocratie Québec. Pour revenir sur tous les enjeux importants, Le Soleil vous propose les citations de l'année des acteurs de la scène municipale, tous partis confondus.

«Je retrouve mes ailes pour être libre et voir s’il y a une place pour des candidats indépendants au conseil municipal.»

-Yvon Bussières, conseiller municipal de Montcalm-Saint-Sacrement, au moment de quitter Démocratie Québec, 4 janvier 2017

«J’ai dit qu’on était probablement sur la planète le lieu le plus sécuritaire. Là, ça nous frappe comme un train. Comment se fait-il que ça arrive à Québec? C’est peut-être un peu prétentieux de le dire, mais quand on connaît qui on est, comment on vit, c’est quand même étonnant.»

-Régis Labeaume, maire de Québec, au lendemain de la tuerie à la Grande Mosquée de Québec, 30 janvier 2017

«Écartons les mots et les gestes qui divisent et attisent la haine. Le monde nous regarde, on va leur montrer ce que nous avons de meilleur.»

-Philippe Couillard, premier ministre du Québec, au lendemain de la tuerie à la Grande Mosquée de Québec, 30 janvier 2017

«Ils ont contribué à bâtir la communauté, ils ont ouvert des commerces, ils sont aussi des enseignants... Les musulmans canadiens sont ici chez eux.»

-Justin Trudeau, premier ministre du Canada, au lendemain de la tuerie à la Grande Mosquée de Québec, 30 janvier 2017

«Moi quand je vais sur la rue Maguire pour aller manger ou prendre une bière, je ne veux pas plus d’arbres, je veux un stationnement. Je suis pour les arbres, mais pas au détriment du stationnement.»

-Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, lors du lancement du parti politique municipal, 27 avril 2017

«Il y a un consensus très fort dans mon caucus sur le fait qu’éventuellement il faut -envisager de poursuivre [l’autoroute] Félix-Leclerc.»

-François Blais, alors ministre responsable de la Capitale-Nationale, lors de l’annonce de l’élargissement de l’autoroute Henri-IV, 28 août 2017

«Nous croyons que l’utilisation de la voie référendaire par la minorité est un geste antidémocratique.»

-Régis Labeaume, en commission parlementaire à propos du projet de loi 122 sur les gouvernements de proximité, 14 février 2017

«Il n’y a plus de projet de SRB Québec-Lévis. Et à partir de là, il n’y a pas de projet SRB Québec seulement.»

-Régis Labeaume, après avoir largué le service rapide par bus Québec-Lévis, 20 avril 2017

«Il y aura un bureau de projet [sur un troisième lien routier Québec-Lévis], il va commencer.»

-Laurent Lessard, alors ministre des Transports, cédant aux pressions de la Coalition avenir Québec, 21 février 2017

«[Le tramway] devient une hypothèse sérieuse dans la mesure où le premier ministre nous dit : nous autres, on est prêts à embarquer là-dedans.»

-Régis Labeaume, réagissant à l’ouverture manifestée par le ministre des Transports, André Fortin, dans une entrevue au Soleil, 14 décembre

«Je n’exclus rien. Je ne veux rien exclure. C’est pas dans mes priorités, c’est pas dans mes choix. Je ne vise pas nécessairement à devenir député provincial ou fédéral, mais j’aime travailler avec les gens, j’aime représenter les gens, j’aime influencer, j’aime changer les choses.»

-Paul Shoiry, ex-conseiller municipal de Saint-Louis-Sillery, à l’annonce de son retrait de la vie politique municipale, 5 septembre 2017

«La technique labeaudienne, c’est quand à un moment donné t’es mal pris dans un dossier, tu dénigres l’autre à côté de toi.»

-Gilles Lehouillier, maire de Lévis, en campagne électorale, 25 octobre 2017

«Vous êtes ce que j’ai vécu de plus beau dans toute cette aventure. Vous avez été ma source de motivation et d’inspiration au quotidien et ce fut un bonheur et un honneur de vous représenter et de défendre vos intérêts.»

-Anne Guérette, ex-chef de Démocratie Québec, parlant aux citoyens lors de sa démission, 7 novembre 2017