Le prêtre administrateur de la paroisse, Michel Poitras, le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger, et le Grand chef de Wendake, Konrad Sioui, étaient présents à l’inauguration du nouveau point de service des Lorettains.

L'Ancienne-Lorette: un nouveau point de service et des milliers d'artefacts [VIDÉO]

Le nouveau point de service aux citoyens de L’Ancienne-Lorette est officiellement ouvert. Au terme de la construction, plus de 110 000 artéfacts ont été trouvés, ce qui permettra d’écrire quelques pages d’histoire de la communauté huronne-wendat, qui est à l’origine du développement de ces terres.

Le nouvel espace réunit l’ancien presbytère et un nouveau bâtiment moderne. Le projet représente un investissement global de 7,3 millions $, un dépassement de cout de seulement 6 % a été mentionné. 

En plus de la construction, une fouille archéologique a été réalisée avec l’implication des membres de la communauté huronne-wendat.

«On a sorti plusieurs artéfacts qui vont permettre de mieux cerner, de mieux connaitre ce qu’a été notre vie à cette époque-là. On a eu une vie collective. Tout ça s’est fait dans l’harmonie, a indiqué le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger. S’il n’y avait pas eu la nouvelle Lorette, il n’y aurait pas eu l’ancienne. Je pense qu’on a tout avantage à mousser cette collaboration de deux nations fondatrices du Québec.»

Les découvertes seront rapatriées à Wendake pour y être étudiées.

«On a besoin de ça, pour valoriser notre culture, nos valeurs et notre identité. C’est une grosse page d’histoire, c’est la page d’histoire qu’on a attendue depuis longtemps. Travailler ensemble, mais aussi avoir cette générosité-là de la part du conseil de ville de M. Loranger», a commenté le Grand Chef de la communauté, Konrad Sioui. 

Presbytère sauvé

Au début de l’année 2017, il était plutôt question de détruire le presbytère de la rue Notre-Dame datant de 1893 pour y construire le centre de service, qui regroupe la grande majorité des organismes de la Ville. Les citoyens de la municipalité ont cependant été nombreux à s’y opposer, étant donné qu’il y a très peu de bâtiments à caractère patrimonial dans le secteur.

«Être maire, ce n’est pas d’avoir les seules idées, c’est de savoir être à l’écoute. J’avoue qu’au début je n’étais pas certain, je connaissais les couts engendrés, mais quand j’ai vu l’attachement de la population à cet édifice-là, on ne pouvait pas faire autrement», a reconnu M. Loranger.

Finalement, le presbytère a été remis à neuf, l’électricité et le chauffage sont notamment repensés. Il est transformé en centre communautaire et conserve ses caractéristiques antiques. La paroisse de Notre-Dame-de-L’Annonciation avait cédé le bâtiment en échange de locaux dans le projet. D’ailleurs, le prêtre administrateur de la paroisse, Michel Poitras, était présent lors de l’inauguration officielle de l’endroit. 

«On a jumelé du neuf avec du vieux», a répété le maire, bien content de dévoiler le résultat du processus de travail qui aura duré un an.