L'édifice de la rue Saint-Jean sera détruit au profit d'une nouvelle construction qui devrait compter une dizaine d'unités de logements, ainsi qu'un commerce au rez-de-chaussée.

L'ancienne boucherie Bégin sera démolie

La saga de l'édifice abandonné de l'ancienne boucherie Bégin, sur la rue Saint-Jean, est à la veille de connaître son dénouement. Le nouveau propriétaire, la firme d'ingénierie Genius, compte procéder à la démolition de l'immeuble dans les prochains mois afin d'y construire un complexe résidentiel et commercial.
«Idéalement, on aimerait faire ça (la démolition) avant l'automne. On espère ne pas avoir à passer l'hiver avec le bâtiment existant», confirme au Soleil Jean-Michel Munger, ingénieur associé chez Groupe Genius.
L'édifice placardé du quartier Saint-Jean-Baptiste, à l'abandon depuis plus de cinq ans, a été acquis il y a quelques mois de l'entourage de l'homme d'affaires Luc Massicotte qui, en raison de tribulations financières, n'a jamais réussi à mener à terme son projet de ressusciter l'ancienne boucherie et faire sortir de terre un projet de sept condos.
Pour le moment, les demandes de permis de démolition et de construction «sont en cours de traitement et suivent le processus administratif» à la Ville de Québec, précise M. Munger. Il espère obtenir le feu vert dans les prochaines semaines. «La démolition aura lieu lorsqu'on va avoir réglé les dernières préventes (de condos).» Une annonce sur les détails du projet devrait avoir lieu «incessamment».
La nouvelle construction devrait compter une dizaine d'unités de logements, ainsi qu'un commerce au rez-de-chaussée. L'idée de faire renaitre une boucherie est écartée. Sans ouvrir son jeu complètement, M. Munger parle plutôt de la succursale d'une «chaîne qui serait très intéressée» à ouvrir dans ce coin de la ville. «Nous sommes en négociations. Ce serait un gros gain pour le quartier.»
Mécontentement
L'édifice à l'abandon est source de mécontentement dans le quartier depuis plusieurs années. Les odeurs nauséabondes et la présence de vermine ont soulevé à plusieurs reprises l'ire des résidents et commerçants.
En juin, le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste a déposé une pétition de 655 noms au conseil d'arrondissement de la Cité-Limoilou réclamant «l'expropriation pure et simple» du propriétaire de l'immeuble afin de permettre, en lieu et place, la construction de logements sociaux.
Les nouveaux propriétaires ont bien l'intention de faire table rase du passé et d'opérer un rapprochement citoyen. «On laisse tout ça derrière nous. On repart à neuf, avec une nouvelle équipe et des experts en bâtiments. Nous avons un projet de qualité, viable et rentable, qui permettra de calmer la grogne et de revamper ce coin de la ville.»
Invité à réagir au projet du nouvel acquéreur, le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste s'est dit à la fois «heureux et méfiant», selon son porte-parole Vincent Baillargeon.
«Les signataires la pétition réclamait du logement social et on invite les propriétaires à aller vers cette option et à écouter les besoins des citoyens du quartier», avance-t-il.