Le bâtiment a été placardé, et les clôtures l'entourant enlevées. Sauf qu'il semble que ce soit insuffisant pour arrêter les squatteurs.

L'ancien Omer DeSerres toujours la cible des squatteurs

Laissé à l'abandon depuis plusieurs années par GM Développement, qui y vise un développement immobilier, le bâtiment qui abritait anciennement un Omer DeSerres, à l'angle des rues Caron et Sainte-Hélène, dans Saint-Roch, est toujours la cible des squatteurs.
Le Comité citoyen de Saint-Roch avait demandé à la Ville de Québec d'intervenir, au début du mois d'août, au sujet de l'immeuble éventré de trois étages en bordure du stationnement Dorchester.
Les voisins se plaignaient alors de l'odeur d'humidité et du squattage, mais également de la laideur du bâtiment à moitié démoli, propriété de GM Développement depuis plusieurs années. Le projet d'immeuble de condos de 11 étages du promoteur à cet emplacement a d'abord été présenté en 2013, mais il avance à pas de tortue depuis.
En août, le coprésident de GM Développement, Jean Campeau, avait affirmé au Soleil être en attente en raison du programme particulier d'urbanisme centre-ville. Il avait toutefois promis de mieux sécuriser l'accès au bâtiment et de placarder ou de démolir la bâtisse une fois qu'il aurait des résultats des analyses concernant la structure.
Le bâtiment a depuis été placardé, et les clôtures l'entourant enlevées. Sauf qu'il semble que ce soit insuffisant pour arrêter les squatteurs.
«Il y a quand même un certain nombre d'immeubles abandonnés, dans Saint-Roch, mais c'est un cas assez évident et grave. C'est très visible et c'est un dossier qui traîne», pointe Marc Grignon, membre du Comité citoyen de Saint-Roch. «J'habite à côté, je passe deux, trois fois devant chaque jour. J'ai vu des contreplaqués défoncés, puis remis quelques jours plus tard.»
Au passage du <em>Soleil</em>, mercredi, un cadre de porte laissé béant et dénué de contreplaqué permettait un accès facile à l'intérieur du bâtiment. Des traces de pas dans la neige et sur le seuil de l'entrée trahissaient le passage récent de visiteurs à l'intérieur de l'immeuble abandonné.
Accès facile
Au passage du Soleil, mercredi, un cadre de porte laissé béant et dénué de contreplaqué permettait un accès facile à l'intérieur du bâtiment. Des traces de pas dans la neige et sur le seuil de l'entrée trahissaient le passage récent de visiteurs à l'intérieur de l'immeuble abandonné.
Il n'est pas rare de voir de petits feux allumés dans le bâtiment, a confié au Soleil un employé d'un commerce environnant, qui disait craindre que la bâtisse soit éventuellement la proie d'un incendie.
Joint par Le Soleil, GM Développement n'avait rien de nouveau à annoncer concernant son projet de développement du terrain. L'entreprise s'est toutefois abstenue de commentaire sur le problème récurrent de squattage.
Il faut dire qu'aucune plainte n'a été déposée à ce sujet auprès du Service de police de la Ville de Québec.
«C'est un site qui est dû pour être réaménagé, mais l'important, rendu là, ce n'est pas s'il est démoli cet hiver ou cet été. C'est qu'il soit aménagé en harmonie avec le quartier», croit Marc Grignon, soulignant que l'idée initiale d'un immeuble de 11 étages n'avait pas été accueillie chaudement par le Comité citoyen de Saint-Roch.