Labeaume soutient le financement public des médias

Le maire de Québec estime que les médias doivent continuer à exister pour préserver la démocratie et qu’une aide financière sera nécessaire pour les sortir de la crise.

Il joint sa voix à celle du maire de Gatineau et président du caucus des grandes villes à l’Union des municipalités du Québec (UMQ), Maxime Pedneaud-Jobin, qui est sorti publiquement mercredi pour demander aux gouvernements fédéral et provincial d’aider financièrement les médias.

«On a là un problème démocratique très sérieux. Il va falloir qu’on se pose la question très sérieusement également. Il faut que dans notre société, on puisse avoir des points de vue différents venant des médias et s’il ne reste que quelques médias, là c’est dangereux», a mentionné Régis Labeaume.

Est-ce que le gouvernement doit subventionner les médias? Selon le maire de Québec, les aides devront venir d’un organisme indépendant. Il donne l’exemple du conseil des arts qui accordent des aides financières de façon indépendante à des organisations dans la culture.

Mais une chose est sûre pour Régis Labeaume, il faut agir et vite. «Si vous lisez les informations GAFA (Google, Amazon et Facebook), ils ramassent 90 % de l’augmentation des dépenses en publicité dans les dernières années. Ça, c’est très grave, parce que ça veut dire qu’il reste pour tous les autres que 10 %», a-t-il dénoncé.

Dans une lettre signée par 28 syndicats représentants autant de salles de nouvelles de médias écrits, la FNC, prévient que «les médias de la presse écrite sont à l’agonie» et interpelle directement le gouvernement fédéral. «Les mesures proposées jusqu’ici par le gouvernement fédéral sont insuffisantes et ne répondent pas aux besoins pressants que rencontrent les médias écrits, soutiennent les signataires. M. Trudeau, le temps est compté. Vous devez agir pour empêcher la disparition d’autres entreprises de presse au cours de la prochaine année.»