Le maire de Québec, Régis Labeaume, a vivement réitéré son appui au projet Le Phare après les deux premières séances d’information et d’échanges qui se sont tenues en début de semaine.

Labeaume réitère son appui au Phare

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a vivement réitéré son appui au projet Le Phare après les deux premières séances d’information et d’échanges qui se sont tenues en début de semaine.

«On pense que c’est bon projet», a réaffirmé le maire Labeaume, vendredi. «Ce qui est important, c’est de contrôler la construction : c’est de s’assurer que ce qui est construit sera exactement comme ça a été dessiné, parce que quand vous regardez ça c’est un beau projet».

Quant aux critiques formulées lors de ces séances, le premier magistrat a rétorqué qu’il ne s’agissait de l’opinion que d’une minorité de personnes. «Je pense que ceux qui étaient contre y étaient. Ceux qui étaient pour ne se sont pas déplacés.»

Selon lui, «la majorité de la population est d’accord. Les gens m’en parlent. C’est sûr que quand tu vois des gens qui, pour certains, sont assez agressifs et qui vont au micro, ceux qui sont dans la salle qui sont d’accord n’osent pas y aller, […] mais nous on est d’accord.»

Il a également martelé qu’il était grand temps de refaire une beauté au boulevard Laurier, qualifiant de «gênante» l’entrée de la ville à cet endroit.

«C’est laid et gênant. Moi je n’ai pas de problème avec la hauteur. L’ensemble de la population de Québec n’a pas de problème avec la hauteur. Il y a des gens qui ont un problème avec ça, ce sont les mêmes gens qui étaient contre il y a deux-trois ans.

«Et on va prendre nos responsabilités et on va décider, alors c’est philosophique un peu cette affaire-là. On est pour ou contre la hauteur, mais ce n’est pas 60 étages entre les murs de la ville de Québec, on n’est pas dans le milieu patrimonial. On est à l’entrée de la ville où c’est une horreur. C’est d’une laideur, c’est dégoutant l’entrée de la ville de Québec.»

La prochaine rencontre, qui en sera une de consultation, aura lieu le 21 novembre prochain, à 19h, à l’Édifice Andrée-P.-Boucher, à Sainte-Foy.