Le maire sortant de Québec, Régis Labeaume, s'est engagé vendredi à participer à trois débats au cours de la campagne électorale.

Labeaume participera à plus de débats

Le maire sortant de Québec, Régis Labeaume, s'engage à participer à trois débats au cours de la campagne électorale qui débute, alors qu'il avait consenti à un seul lors du dernier scrutin. Il invite aussi ses opposants à confronter leurs idées sur les finances et la mobilité avec deux de ses conseillers municipaux vedettes. Anne Guérette, Jean-François Gosselin et leurs équipes seront au rendez-vous.
«Je suis prêt à défendre mes idées et à écouter celles des chefs des autres partis, dans le respect mutuel. L'invitation de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec me semble un rendez-vous incontournable, à cela pourrait s'ajouter un débat télévisé et un autre radiophonique par exemple. Cela ferait trois événements auxquels je participerais», a déclaré M. Labeaume à la fin de son long discours de lancement de campagne. 
Le maire a expliqué ainsi son nouvel appétit pour les débats : «Ceux avec qui je débattais [en 2013], c'était les chefs syndicaux surtout. Là ce n'est plus le cas.» 
Il s'est même montré impatient d'en découdre, entraînant Jonatan Julien, vice-président du comité exécutif, et Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale, à sa suite. «Honnêtement, je pense qu'il faut déblayer la question de la taxation, de la gestion des finances de la Ville avec Jonatan et il faut le faire avec la mobilité avec Rémy. J'aimerais qu'ils [les partis d'opposition] nous donnent rapidement le nom de leurs spécialistes, spécialistes des finances publiques et spécialistes de la mobilité, ils doivent en avoir. J'aimerais qu'on organise ça assez rapidement», a précisé le maire Labeaume. 
En 2013, l'élu municipal avait débattu seulement avec David Lemelin, alors chef de Démocratie Québec, devant la Chambre de commerce. 
«N'importe où, n'importe quand, n'importe comment»
Plus tôt en matinée, le chef de Québec 21 s'est dit prêt à débattre «n'importe où, n'importe quand, n'importe comment». Avec n'importe qui aussi, puisqu'il n'est pas essentiel pour Jean-François Gosselin que le maire Labeaume soit présent : «Avec Mme [Anne] Guérette, avec ou sans le maire, je refuse aucun débat, j'accepte toutes les demandes de débats.» 
Ses collègues participeront aussi à des débats plus spécifiques. Le parti d'opposition demande toutefois d'avoir accès à toute l'information disponible à la Ville de Québec afin de «se battre à armes égales» avec l'administration au pouvoir. Sans cela, l'exercice lui apparaît inéquitable. 
La chef de l'opposition n'a quant à elle pas l'intention de s'exécuter sans le maire sortant. «J'accepterai tous les débats à condition que l'ensemble des candidats à la mairie soient présents», a statué Anne Guérette. «Un débat, c'est un débat et tout le monde doit être là.»
Celle-ci n'hésitera pas à déléguer des candidats pour se mesurer aux conseillers municipaux sur des enjeux précis. «On va les accepter sans problème. On a des candidats exceptionnels, qui sont capables de débattre et on le fera aussi», a-t-il dit sans détour. Denis L'Anglais, candidat de Démocratie Québec dans le district du Plateau, pourrait notamment donner la réplique à Rémy Normand sur le thème du transport.