Selon un récent sondage, le maire sortant Régis Labeaume obtiendrait 51% des intentions de vote, le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, en obtiendrait 22%, tandis que la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, se situe au troisième rang avec 14%.

Labeaume interpelle la couronne nord

Le candidat à la mairie de Québec Régis Labeaume refuse de commenter le récent sondage Léger-Le Journal de Québec le montrant en tête dans les intentions de vote. La course s’annonçant serrée avec Québec 21 dans la couronne nord, il exhorte les citoyens de Beauport et de Charlesbourg à «élire des gens qui vont défendre leurs intérêts».

«La vérité, c’est que si on laisse le projet du troisième lien aussi simplement qu’il est présenté actuellement, les premiers qui vont écoper, où le trafic va empirer de façon très importante, ceux qui vont écoper ce sont les gens de Beauport, de Charlesbourg et de la Haute-Saint-Charles», a avancé M. Labeaume, appelé à commenter le sondage où la lutte s’annonce serrée avec les candidats de Québec 21 dans les arrondissements visés par le maire sortant. 

M. Labeaume rappelle ne pas se positionner contre le projet d’un troisième lien, mais il dit vouloir s’assurer que les citoyens de Québec ne paie pas le prix de l’emplacement de ce lien routier. «Nous à Québec, on n’acceptera jamais que n’importe quel projet, quel qu’il soit, fasse en sorte qu’on empire le trafic et qu’on le paye. Élisez des gens qui vont défendre vos intérêts», a-t-il souligné.

Selon les chiffres obtenus par Le Journal de Québec, Équipe Labeaume possède une avance variant de 5% à 8% dans les arrondissements de Beauport, Charlesbourg et Haute-Saint-Charles. Les échantillons sont toutefois trop vastes pour avoir une idée du vote dans les districts électoraux. 

Ce même sondage place le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, en deuxième position (22%), derrière le maire sortant, qui obtient l’appui de près d’un électeur sur deux. La chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, se situe au troisième rang avec 14%. 

«Ce qu’on constate, c’est que le maire est en perte de vitesse et nous, on est en progression. Rien n’est joué dans cette élection. On ne baisse pas les bras. On a une vision concrète et une vision d’avenir», a commenté la chef de Démocratie Québec, samedi matin, à l’occasion d’un point de presse sur les terrains des Sœurs de la Charité. 

«Tout est possible», a-t-elle ajouté, précisant que les résultats la motive. «Le véritable sondage va être le 5 novembre», a-t-elle précisé, rappelant les dernières «élections surprises» aux niveaux provincial et fédéral. 

«On pense qu’on a le meilleur projet. On est prêt à prendre la relève», a avancé Mme Guérette.

Le vrai test le 5 novembre

Tout comme le maire sortant et Anne Guérette, qui ont appelé leurs concitoyens à se rendre aux urnes dimanche lors du vote par anticipation ou au jour du scrutin général, le chef de Québec 21 Jean-François Gosselin a rappelé qu’à ses yeux, le «vrai sondage, ça va être le 5 novembre». 

«J’ai vécu la campagne de 2007 avec l’ADQ [l’Action démocratique du Québec, lorsqu’il était candidat, NDLR] et on avait le vent dans le dos, là c’est fois 10», a-t-il commenté en marge d’une annonce samedi midi. 

Ne craignant pas d’une percée de Québec 21 dans la couronne nord de la ville, Régis Labeaume a plutôt misé sur l’importance d’obtenir une «majorité forte» à l’hôtel de ville qui lui permettrait comme maire de conserver son poids politique. «On peut-tu avoir un conseil municipal stable, fort et expérimenté? Nous, c’est notre offre. [...] Il n’y a pas de risque à avoir un mandat fort», a-t-il argumenté. 

Rappelons que le vote par anticipation a lieu dimanche, 29 octobre. 

***

Contre la «densification sauvage»

Disant connaître très bien le dossier Anacolor, la candidate de Démocratie Québec Stéphanie Houde est d’avis que les gens de Cap-Rouge sont «accablés par des projets de densification sauvage».

Démocratie Québec s’oppose à l’idée d’Équipe Labeaume de construire des habitations à l’endroit actuel de l’usine Anacolor, dans Cap-Rouge, que le gouvernement du Québec s’est engagé à relocaliser. 

Disant connaître très bien le dossier, la candidate Stéphanie Houde est d’avis que les gens de Cap-Rouge sont «accablés par des projets de densification sauvage». «La première des choses pour montrer un peu de respect aux citoyens ce serait de les consulter», a-t-elle dit. 

Si le projet de résidences voyait le jour, «ce ne sera plus des plaintes pour les odeurs qu’on va avoir, ça va être des plaintes pour des trains qui nous passent au-dessus de la tête», a ajouté la candidate. 

Démocratie Québec avait déjà annoncé l’aménagement d’un parc sur le site d’Anacolor si porté au pouvoir le 5 novembre.