Labeaume en remet sur la laïcité

«Pour nous, le fait de se couvrir le visage est du radicalisme, et nous nous opposons à ça.» Le maire de Québec, Régis Labeaume, en a remis vendredi en commentant son opposition à ce que les villes soient assujetties au projet de loi 62 sur la neutralité religieuse, une position que Le Soleil révélait vendredi.
«On est contre l'application de la loi 62 dans les villes, en tout cas dans la nôtre. Nous, on pense qu'une société comme le Québec est basée sur la laïcité et l'égalité entre les hommes et les femmes», a martelé M. Labeaume en mêlée de presse vendredi.
«Maintenant, le gouvernement fait ce qu'il veut», a-t-il lancé.
Le matin même, Le Soleil révélait que M. Labeaume avait écrit à la députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais. Cette dernière avait pris contact avec le maire pour savoir ce qu'il pensait de l'idée d'assujettir les villes québécoises aux articles du projet de loi portant sur le «visage découvert» et les «accommodements religieux». 
Pour Régis Labeaume, il n'est pas question de permettre de tels accommodements. «Qu'est-ce que ça envoie comme signal à mes deux filles que j'ai tenté d'élever avec des valeurs d'indépendances, de solidité comme personne. Qu'est-ce que ça envoie comme signal quand on permet dans l'espace public que les femmes se couvrent le visage et cela est imposé par les hommes? Il n'y a pas une femme sur la Terre qui se couvre le visage avec bonheur, ça ne se peut pas. Alors voilà, c'est ce qu'on pense.»