Le maire devait se rendre en Chine en mars.

Labeaume annule une mission en Chine

Le climat politique tendu entre le Canada et la Chine a convaincu le maire de Québec d’annuler une mission qui y était prévue à la fin mars.

Régis Labeaume avait prévu se rendre dans l’empire du Milieu, accompagné de représentants de Québec international et de l’Office du tourisme de Québec, confirme Paul-Christian Nolin, attaché politique du maire.

La mission est annulée avant même d’avoir fait l’objet d’une annonce officielle. La délégation québécoise devait se rendre à Shanghai et à Xi’an. Cette dernière est une ville jumelle de Québec avec qui la capitale entretient des liens plus étroits. Pendant la dizaine prévue en Asie, M. Labeaume devait aussi aller en Corée du Sud. Ce voyage avait des visées économiques et touristiques.

La décision d’annuler a été prise sur les conseils des autorités canadiennes.

Les tensions entre les deux pays ont pris naissance avec l’arrestation le 1er décembre à Vancouver de la patronne du géant chinois des télécommunications Huawei à la demande des États-Unis. Les Américains la soupçonnent d’avoir contourné les sanctions américaines contre l’Iran.

Hasard ou réplique, la Chine a depuis procédé à l’arrestation d’un ex-diplomate, d’un consultant et d’une enseignante, tous Canadiens. La semaine dernière, un tribunal chinois commuait une peine d’emprisonnement de 15 ans en peine de mort contre un Canadien reconnu coupable de trafic de drogue.